Home / Mode / Mon histoire de lingerie vintage…
lingerie-vintage

Mon histoire de lingerie vintage…

Mon histoire de lingerie vintage… Ni prostitué, ni mémé !

Je ne compte pas révolutionner l’histoire de la lingerie, ni même vous donner force de détails techniques sur le pourquoi du comment, mais j’ai plutôt envie de vous faire part de mon expérience personnelle, de mon ressenti et de mes trucs et astuces… Car l’air de rien, vivre « en mode rétro », ça prend un certain temps et de nombreux tâtonnements… Alors, si ça peut vous être utile !
Je ne vais pas vous retracer mon histoire stylistique personnelle, mais juste vous dire que j’ai toujours été attirée par un look décalé et rétro (je portais un complet d’homme, Creepers, montre à gousset, chapeau melon en classe de 4ème)… Il suffit juste à un moment de sa vie de sauter le pas et de s’autoriser à être soi-même, jusqu’au bout… S’ASSUMER, soi et son image, mettre en osmose son corps et son cœur.

Naturellement, on arrive donc à cette nécessité d’être « rétro » dessous comme dessus et la question se pose : que va t-on mettre dessous ? Recherche après recherche, musée imaginaire, livres et revues d’époque… et c’est bien sûr, eurêka, une image s’impose à moi ! Les dessous de ma grand-mère… (J’allais les observer en cachette quand j’étais petite, et je trouvais ça FA-SCI-NANT ! Sorte de parachute couleur chair avec petites fleurs…).
Ma première culotte gainante, c’est ma mère qui me la ramenée du dépôt-vente où elle travaillait. Elle avait des jarretelles cousues à même, que j’ai changé depuis, car le caoutchouc ancien vieilli très mal et se fendille et lâche… Donc pas terrible quand il s’agit de tenir une paire de bas…

lingerie-vintage1
http://www.folievintage.fr/img/hand.png1er conseil : Vérifiez le caoutchouc de vos attaches avant de vous lancer. Pliez-le pour voir s’il est souple, car il doit l’être ! S’il est un peu rigide, il va se fendiller et il vous faudra le changer, si ce n’est la jarretelle complète, l’attache, etc. En effet, il se peut aussi que l’élastique de la jarretelle soit un peu cuit et là, il faut aussi le changer. Vos bas ne seront pas soutenus avec l’élasticité requise et donc seront désagréables à porter ! Vous ai-je dis que c’était de tout repos ?

http://www.folievintage.fr/img/hand.png2ème conseil : Vous pouvez trouver facilement ce type de culotte sur www.leboncoin.fr, plus où moins récentes, plus où moins chères, mais souvent sans jarretelles. Avec un brin d’agilité, vous pouvez rajouter aisément 4 où 6 jarretelles que vous aurez trouvé sur les brocantes où chez votre lingère/mercière. Je vous conseille d’en mettre des réglables mais cousues à même car si vous les montez sur des petits boutons à gaine ouverte, ceux-ci risque de rentrer dans votre peau et vous faire mal…
Autre point important, placez bien vos jarretelles afin que celles-ci se retrouvent bien sur le devant de vos cuisses mais pas au milieu, derrière sinon, vos bas ne seront pas bien maintenus et vous allez souffrir le martyr quand les attaches de réglages vous rentreront dans les cuisses…(j’ai testé c’était horrible !)

lingerie-vintage1

Ici elles sont mal placées à l’arrière car trop au milieu. Elles devraient être placées sur le haut de l’arrière. Évitons tous risque de dégoût !

Cette première expérience a été excellemment concluante puisque depuis, je n’ai quasiment plus porté de collants… Même en faisant du vélo tous les jours ! Mon ventre était maintenu mais sans douleur et sans gêne. La culotte ne roulait pas, j’avais chaud aux reins, mes bas étaient bien maintenus sans glisser le long de la jambe et je me sentais terriblement « femme », surtout dans mon intériorité… Sorte de révélation sur ma condition humaine… Je me suis séduite et du coup je crois que l’on irradie quelque chose de différent… aux autres !

De cette étape, je suis vite passée aux bas anciens, qui sont plus réguliers en intensité de couleur, ne font pas d’accroc comme avec ceux en élasthanne et qui, je trouve personnellement, sont plus chauds et plus confortables…

http://www.folievintage.fr/img/hand.png3ème conseil, le choix du bas : Pour les beaux jours et très 40’s-50’s : LE bas couture en voile de nylon ! Très solide, il moule la jambe et ne bouge plus. Par contre, il faut absolument qu’il soit à votre taille sinon, ça glisse sur la cheville et là… hum, ce n’est pas agréable du tout !
Effet garanti avec sa couture, ses diminutions qui donnent un galbe inégalable à la jambe et le crissement du nylon… Par contre, vous ne trouverez pas de bas nylon/couture/vintage avec une couture de couleur différente que la couleur du bas… Puisque cette couture est celle de l’assemblage… D’où le fait d’avoir le KeyHole en haut du bas qui est le trou permettant au bas de sortir de la machine. (en gros la technique du bas couture mais d’autres en parleront mieux que moi !)

lingerie-vintage5 lingerie-vintage4 lingerie-vintage3

Ci-dessus : Bas en nylon année 50 avec couture K-hole et diminution le long de jambe, acheté sur Ebay

vintageUS7-fr
Tableau de correspondance des tailles (source : http://www.evboutique.com)

Pour les jours de grand froid, plusieurs possibilités s’offre à vous ! Pour les plus chanceuses, de jolis bas de soie, rares et chers, difficiles à produire donc réservés à l’élite. Mais on en trouve encore… Si, si je vous jure ! C’est terriblement doux et chaud, une seconde peau en quelque sorte ! Ceux que j’ai ont eux aussi une couture le long de la jambe.

lingerie-vintage6

Bas de soie « JOK » achetés sur Ebay

Les bas type « Damart » que l’on trouve facilement sur les brocante et datant des années 60 sont aussi très chaud. Ils sont en polyamide et peuvent ressembler à ce que l’on appelle aujourd’hui du lycra. Légèrement brillants, totalement opaques, ils substituent à merveille la soie. Comptez de 1 à 5 euros la paire mais négociez surtout !
Et si vous ne trouvez pas en brocante, demandez à votre bonneterie du coin des bas de « mémé ». Vous verrez, il ira vous chercher dans un tiroir caché, en vous roulant des yeux de merlan frit, des bas que l’on appelle « mousse » de couleur chair, assez épais, plutôt opaques et eux aussi très chauds ! Je crois qu’il existe 2 épaisseurs (deniers) différentes. Ça coûte une dizaine d’euros et c’est parfait pour l’hiver !

lingerie-vintage7

Bas Damart d’époque trouvés sur une brocante

Pour les coquettes, il est toujours possible d’acheter des collants opaques, en maille, unis où à motifs et de les couper au niveau du haut de la jambe. Ça ne file pas, on peut les assortir à toutes ses tenues et en plus ça tient chaud !

lingerie-vintage8

Collant opaque de chez H&M et collant en maille de chez Kiabi coupés

lingerie-vintage9 lingerie-vintage9a

Ci-dessus : Bas filet Suisses achetés chez Emmaüs lingerie-vintage9b

Ci-dessus : Bas modernes avec fausses coutures, offerts mais je pense que le prix est prohibitif !

Pour les passionnées de mode vintage, on trouve aussi des merveilles encore emballées, même pas mangées par les mites, chez les chineurs professionnels. Il faut beaucoup chercher et ratisser large et parfois vous avez le magnifique cadeau que votre rêve se réalise… Et pour un tarif largement honnête en plus !

http://www.folievintage.fr/img/hand.png4ème conseil : N’hésitez pas à faire part de vos recherches aux gens qui vous entourent, à votre boutique vintage préférée et vous verrez : votre rêve se réalise !

lingerie-vintage9c lingerie-vintage9d

Ici, bas typiquement année 20-30 avec baguette perforée sur la cheville en coton où laine, permettant une grande variété de couleurs.
Ces bas sont typiques du raccourcissement des robes des flappers dans les années 20… La cheville devient le théâtre de toutes les tentations, profusions de motifs et de couleurs insensées pour l’époque… Crédit photo The Vintage Familly

Une seconde solution vintage s’offre à vous : la gaine ouverte. Souvent couleur saumon ou blanche, parfois bleue marine, rarement noire, c’est une sorte de jupette très ajustée avec jarretelles amovibles, montées sur petits boutons. Elle galbe la taille, le ventre et les hanches. Elle vous donne une certaine prestance et une jolie ligne.

http://www.folievintage.fr/img/hand.png5° conseil : la taille de votre lingerie. Personnellement, ce que j’apprécie dans ce type de lingerie, c’est d’être « maintenue », pas d’être « oppressée ».
Je choisie donc ma lingerie « quelques » tailles au-dessus de la mienne. De cette façon, je suis juste à l’aise; cette lingerie est tellement prévue pour compresser que ce n’est jamais trop grand ! Je crois que c’est vraiment LE secret pour en porter tous les jours !

Lien : Choisir sa taille de gaine et panties

Pour vous donner un exemple, je fais du 40, tour de taille 76 cm, tour de hanches 96cm, donc ma taille de gaine est 80… Je prends du 95 voire 100… Et contrairement à ce que vous vous dites, non, je ne flotte pas dedans et je suis quand même maintenue ! J’aime beaucoup porter ma gaine ouverte, je trouve ça très confortable, ça ne sert pas l’intérieur des cuisses, comme parfois certaines culottes, et ça fait vraiment une belle ligne ! Ça oblige aussi à se tenir droite et à s’asseoir de façon correcte et féminine… un vrai plus ! Pour celles qui sont plus en chair, la combi-gaine est pour vous, en plus c’est hyper sexy – Enfin, de mon point de vue de femme !
La combi-gaine moule de bas en haut et se choisit en fonction de votre tour de poitrine. Mais là, pareil, vous pouvez bien prendre une taille au-dessus de la vôtre afin de ne pas vous sentir engoncée. Par contre, gardez bien le même bonnet afin de ne pas vous retrouver avec un sein nageant dans un bonnet trop grand !

lingerie-vintage9f

Ci-dessus : Combi-gaine ouverte avec jarretelles intégrées

lingerie-vintage9g

Ci-dessus : Combi-gaine fermée sans jarretelles (A vendre pour les intéressées!)

http://www.folievintage.fr/img/hand.png6° Conseil : Pour avoir chaud

Il est évident que l’on a moins chaud en bas qu’en collant puisqu’une partie du corps est découverte. Pas de panique, il suffit de mettre un fond de robe lorsque l’on est en robe et un fond de jupe lorsque… Enfin, vous avez compris ! La matière retient votre chaleur corporelle et du coup, cette chaleur se diffuse partout !

lingerie-vintage9h

Fonds de robes blanc neuf Damart, le chair vient d’une broc’.

Testée lors d’une journée strasbourgeoise réellement bien froide ! Vous en trouverez sur les brocantes, Emmaüs, le bon coin. En neuf, chez Damart, chez C&A…

Il reste 2 pièces dont je ne vous ai pas encore parlé…
Le corset est une sorte de gaine ouverte mais baleinée et renforcée que l’on lasse à l’arrière… Cette pièce est plus ancienne dans le vestiaire de la femme et moins confortable, les bas sont maintenus sur l’intérieur de la cuisse. Sympa pour un cours d’effeuillage où une soirée coquine, mais pour tous les jours… Pas terrible !

lingerie-vintage9i

Environ une vingtaine d’euros chez Emmaüs

Vous aurez compris que je suis allée dans l’ordre croisant de mes préférences… Il reste donc la dernière pièce, celle que j’aime le moins… Le PJ ou plus communément appelé porte-jarretelles.
C’est une sorte de ceinture plus où moins haute avec les attaches pour maintenir les bas. Ça ne maintient pas vraiment et çà se ferme dans le dos par des crochets.
Moi je trouve que ça bouge beaucoup et je ne me sens pas à l’aise avec, mais peut être n’avais-je pas le bon produit, à la bonne taille ?

http://www.folievintage.fr/img/hand.png7° conseil : La bonne taille pour le porte-jarretelles

Contrairement aux autres pièces, il faut absolument prendre la bonne taille sinon les bas tirent dessus et tout descend… Et là on se sent mal… Celui-ci est un What Katy Did en taille 42, il est neuf et à vendre !

lingerie-vintage9j

Voici un large tour d’horizon de ma lingerie vintage et de mon expérience tout à fait personnelle avec celle-ci !
Je sais que dans la tête d’une majorité, tout cela fait très « pro » et pourtant c’est une image que l’on plaque depuis les années 60 et la révolution du collant… N’oublions pas qu’il n’y a pas si longtemps, c’était commun et qu’il n’y avait pas d’autres solutions… C’est vraiment un point qui me semble important dans l’histoire de la lingerie. D’autant qu’il est plus confortable de porter des bas qui ne vont quasiment plus bouger de la journée que des collants qui descendent tout le temps et qui laissent la moitié des fesses à l’air… N’oublions pas qu’il est plus class de tirer sur sa jarretelle que de remonter, même gracieusement, ses collants !

http://www.folievintage.fr/img/hand.pngUn dernier conseil : le lavage des bas

lingerie-vintage9k

Un autre technique consiste à mettre vos bas dans un bocal avec de l’eau et de la lessive et simplement le… secouer !

A bon entendeur salut !

Nini Gambette pour Folie Vintage

Be Sociable, Share!