Home / Années 20- / Débuter une garde robe vintage
lilisaintcyr

Débuter une garde robe vintage

Comment débuter une garde-robe vintage ? (Partie 1)
par Nella Fragola

Vous rêvez de vous constituer une garde-robe vintage mais vous ne savez pas par où commencer ? Folie vintage fera pour vous toute une série d’articles. Des premiers pas au shopping, les moindres étapes seront décortiquées pour vous guider !

Ce n’est pas évident de commencer une garde-robe vintage. On ne sait pas où acheter, on ne connait pas les valeurs et les prix, on ne fait pas la différence entre une robe des années 40 et une robe des années 50…

Pas de panique ! Et pas besoin de diplôme dans la mode, vous pouvez y arriver, avec du temps et beaucoup de patience ! Le tout est de bien se renseigner, de prendre le temps de réfléchir à ce que l’on veut et de se fixer des objectifs à atteindre.

Lorsque l’on débute, on se jette très facilement sur les premières robes que l’on voit, sans se soucier de savoir si on la mettra souvent, si on a de quoi l’assortir chez soi, si elle nous va et aussi… si le prix est justifié. Apprendre à différencier une robe qui date vraiment des années 50 à une reproduction, ça ne s’apprend pas en un jour.

Notre premier article va faire un tour d’horizon des questions que l’on se pose et des préjugés sur le vintage.

Le vintage, c’est cher.

Très souvent, on pense que le vintage est trop cher, alors on se tourne plus facilement vers de reproductions « made in China » de mauvaise qualité, et souvent bien plus onéreuses qu’une pièce vintage. Déjà, il faut faire la différence entre une pièce rarissime et une moins recherchée. C’est sûr, une robe Dior ne sera pas donnée ! (Comptez plusieurs zéros après le chiffre…) Par exemple, dans certaines garde-robes de vintage addicts, on peut trouver des pièces à 5 euros et d’autres à 300 ! Mais globalement, la plus grande majorité des achats « raisonnables » tournent autour de 20 à 60 euros par pièce. Dans le vintage, si on est patient et qu’on chine bien, on peut trouver des petites merveilles à petits prix !

Le vintage, c’est trop grand / trop petit.

Encore un préjugé ! Certes, il y a des pièces trop petites ou trop grandes. Trop petites : on ne peut rien faire. Mais trop grande ? Eh bien une robe trop grande, vous pouvez toujours la porter avec une ceinture ; au mieux, la retoucher. Très souvent, une petite pince peut ajuster parfaitement la robe à votre taille ! Et si vous n’avez pas l’âme d’une couturière (mais croyez-nous, ce n’est pas très compliqué !) il y a sûrement un proche qui saura le faire !

Ensuite, si vous connaissez bien vos mesures par cœur, vous pourrez trouver des pièces parfaitement à votre taille sur les boutiques en ligne. Il vaut mieux parfois laisser tomber une pièce que l’on n’est pas sûr de pouvoir bien retoucher et de continuer à chercher LA pièce qui vous ira. Et si vous avez la chance d’essayer en boutique, n’hésitez pas, même si vous avez des préjugés : « elle sera trop grande », « ça ne m’ira jamais », « la couleur/le motif est trop voyant pour moi »…etc. On peut avoir ainsi de (très) belles surprises !

Quels sont les avantages du vintage par rapport aux reproductions modernes ?

L’avantage du vintage c’est qu’il s’agit, pour la plupart du temps, de pièces uniques, car même si certaines ont été réalisées en plusieurs exemplaires, la probabilité qu’elles aient survécu aux années reste rare. Pas de risque, donc, de vous retrouver avec la même robe que votre voisine en soirée, contrairement aux reproductions modernes ! Non seulement ce sont des pièces uniques, mais avec un vécu, une histoire… En revêtant une robe ou une veste datant de 1940, vous prolongez leur histoire. Vous leur donnez une nouvelle vie !

De plus, les reproductions sont souvent bien moins originales que certaines pièces d’époque, moins bien coupées et pas forcément représentatives du style. Par exemple, les reproductions sont souvent plus courtes ou plus décolletées. Les tissus peuvent être de mauvaise qualité et les créateurs se contentent souvent de tissus unis ou d’imprimés « caricaturant» le style : les pois, les cerises, voire même des têtes de mort… Il existe cependant quelques créateurs doués dont certains peuvent proposer du sur-mesure !

Évidemment, tout dépend de l’effet voulu… Ce sera l’objet de notre deuxième article, « Se poser les bonnes questions pour bien débuter »

Be Sociable, Share!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*