Home / Interview / Pure Vintage, le magazine des passionnés de vintage
purevintagecalendrier

Pure Vintage, le magazine des passionnés de vintage

Vous avez peut être déjà entendu ce nom sur les réseaux sociaux, ou lors d’une conversation entre amis… Pure Vintage Magazine, comme son nom l’indique, est un nouveau projet de magazine papier francophone. Une initiative de Fabrice Berreur, responsable de publication, qui a accepté de répondre à quelques questions pour Folie Vintage…

Fabrice Pure vintage

Bonjour Fabrice. On a eu la joie de découvrir sur les réseaux sociaux, la création d’un nouveau magazine consacré au monde rétro/vintage. En tant qu’instigateur de ce projet, qu’est-ce qui t’a motivé à te lancer dans cette aventure ?

Le manque et l’attente du public pour un tel magazine. Hormis de rares fanzines papier que l’on trouve très occasionnellement sur des festivals et des webzines tel que Folie Vintage, il n’y a aucun magazine de presse dédié à la communauté vintage francophone. Les seules revues, très bien faites au demeurant, faisant une incursion dans le quotidien des passionnés du genre, sont avant tout orientées auto, moto et custom, évoquant quelques manifestations et montrant de-ci delà des pin-ups. Cela reste un survol du sujet.
Pure Vintage Magazine, un nom volontairement à consonance anglo-saxonne en référence au berceau du mouvement qui est principalement américain, n’est pas complètement « Pur » puisque de nos jours, chacun vit son propre vintage. Il y a les puristes qui ne jurent que par l’authenticité, qui vivent au quotidien leur passion, devenue un art de vivre et ceux qui trouvent leur bonheur à travers des objets, des vêtements… d’apparence vintage mais bel et bien contemporains. Qu’importe, l’esprit vintage est là et le besoin d’un réel média aussi. Nous avons pour souhait de proposer au lecteur un panorama le plus complet possible des sujets favoris de la communauté à travers des articles de fond mais surtout parler de celles et ceux qui, avec tant d’énergie, à travers la France et les pays francophones limitrophes, organisent, à plus ou moins grande échelle, festivals, conventions, journées à thème, expositions, sans oublier ceux qui tentent de vivre de leur passion, les commerces, boutiques en ligne, stands itinérants…
Notre pays est en retard (ajouterais-je, comme toujours ?), les USA dans ce domaine sont en force, pour l’Europe c’est le Royaume-Uni qui se place comme référence et certains pays de l’Est.

Au premier abord, c’est égoïstement pour réaliser un rêve de création de magazine que je décide de faire paraître une revue d’information généraliste en Franche-Comté, ma région. Le thème du premier numéro sera les USA et les passionnés du secteur qui gravitent autour. J’organise un shooting photo en août dernier lors d’une concentration Harley et autres engins à Vesoul, afin d’approcher un peu ce milieu. Ce week-end sera décisif. Je découvre les pin-ups et au-delà, l’ampleur de cette communauté que je croyais marginale, cette étonnante énergie, de la part des organisateurs comme des participants, à vouloir faire partager leur passion viscérale.
Durant une petite semaine j’ai étudié un peu ce qui se faisait dans ce domaine et tout s’est passé ensuite en l’espace d’une heure, ce n’est pas une fable. Je me suis levé un samedi matin à 6h en me disant, j’abandonne ma première idée de revue généraliste pour développer un magazine exclusivement consacré au vintage. Je trouve le nom Pure Vintage, rien d’original mais néamoins explicite, je vérifie qu’aucun magazine n’utilise ce nom, je crée une page Facebook, il me faut un visuel, je fais donc rapidement un logo, à 7h la page est sur le réseau. Je la partage avec les quelques amis rencontrés durant mon shooting photo. C’est parti. A midi, déjà une centaine de J’aime pour une page qui n’a aucun contenu, seule la promesse de ce magazine. A ce moment-là, je me suis dit que j’avais trouvé mon créneau et que je pouvais apporter quelque chose à cette communauté grâce à mon bagage technique.

Pure vintage c’est toute une équipe qui s’est constituée autour de toi au fil du temps. Comment cette sélection s’est-elle faite ?

Nous sommes une équipe de 18 personnes, chacun sa sensibilité, son sujet de prédilection et nous tâchons de nous entraider en mettant en commun informations et réseau d’amis.
Après un appel à candidature au mois d’août pour des éventuels rédacteurs, cela s’est fait de façon naturelle, chacun dans leur domaine, les rédacteurs sont venus spontanément vers moi, certains bien connus de la communauté et d’autres extérieurs à celle-ci mais néanmoins passionnés. Au fur et à mesure, nous nous sommes structurés au sein d’une association loi 1901 à but non lucratif. Les sujets d’articles ont commencé à arriver, j’étais ravi de mon choix, car simples et bien écrits.
Cette équipe fait preuve d’une belle solidarité et je profite pour les remercier d’avoir fait confiance au parfait inconnu que je suis. J’aurais aimé les conduire sur un chemin sans embûches mais ainsi va la vie. J’espère que des amitiés naîtront avec le temps, je suis quelqu’un de fidèle dans ce domaine. Je n’accorde pas facilement ma confiance mais avec eux c’est instinctif, j’apprécie leur sérieux, leur rigueur, leur motivation, ce que l’on appelle le professionnalisme tout simplement, ça se perd alors il est important de le souligner quand on a plaisir à travailler avec ce genre de personnes. Chacun à son caractère, qualités et défauts, il faut savoir canaliser leur atouts mais ce sont des gens bien et de parole, l’avenir du magazine avec eux serait un régal pour moi.

Team_PureVintage

Parle-nous de ton parcours. Quels sont tes liens avec le « milieu » vintage ?

J’ai 43 ans, une formation technique à la base de cameraman, monteur vidéo et photographe. Durant une dizaine d’années disquaire en région parisienne. « Pionnier » dans les années 80 des radios libres, animateur radio, voix-off dans la pub en parallèle jusque dans les années 90. Mon rêve d’éditer un magazine couve depuis ma majorité, ne connaissant rien à ce domaine, pas du tout prêt techniquement, j’ai repris donc mes études il y a 20 ans dans le marketing et le graphisme et suis actuellement infographiste en imprimerie.
Très sincèrement, mes seuls liens avec ce milieu se résument au départ, à mon amour inconditionnel pour les classic cars américaines et le mythe de la route 66, sans jamais fréquenter la communauté, juste rêver dans mon coin… un peu maigre j’avoue…
Mais c’est là-aussi un défi, se faire accepter en tant que personne dans une communauté relativement fermée ou disons, protectionniste.

Pure vintage ce n’est pas seulement un magazine, mais aussi une radio, des événements, des collaborations. Peux-tu nous en dire plus ?

Au-delà d’un magazine de presse papier, l’idée est de développer en parallèle un ensemble de médias qui porteraient la même idée de promotion de la communauté vintage francophone.
Issu techniquement du monde de la radio et de la vidéo, je me suis pris à rêver d’une webTV et d’une webradio entièrement consacrées à ce qui motive cette communauté. La webTV sera administrée par Grégory, monteur vidéo, Camille, une journaliste pro et d’une animatrice-ambassadrice bien connue, Pin Up Miss You. Nous tâcherons de réaliser des reportages sur des sujets de fond et essaierons d’être présents sur les différentes manifestations du genre, ne pouvant être partout, nous comptons aussi sur les vidéastes amateurs ou organisateurs d’événement pour nous fournir des images afin d’être montées et partagées sur Pure Vintage TV, via Youtube ou notre site internet.
Pure Vintage Radio sera administrée par mes soins sous les conseils musicaux avisés d’Olivier Motteau, un spécialiste dans ce domaine. Elle sera dans un premier temps diffusée par la plateforme technique Radionomy puis par la suite deviendra indépendante. D’un accès d’écoute facile, depuis notre site web ou depuis iTunes par exemple, par le biais d’un « player ». Elle pourra être écoutée à la maison, au travail, sur les smartphones et comme sa programmation sera orientée rockabilly, blues, rock’n’roll avec des rubriques animées comme l’agenda événements, elle pourra même être utilisée pour sonoriser des boutiques spécialisées. Le lancement se fera simultanément au magazine dès le 18 janvier.
Nous avons sous le coude aussi Pure Vintage Editions qui aidera techniquement (graphisme, mise en page, imprimerie, diffusion) ceux qui ont envie de publier un ouvrage sur les thèmes qui nous sont chers, qu’il s’agisse d’un recueil d’images ou d’un roman.
Et enfin, nous allons promouvoir quelques pin-up françaises qui aimeraient développer ou créer leur image pour une carrière de modèle en Europe ou à l’international, à la manière du « pin-up business » tellement présent aux USA.
Les idées ne manquent pas, il y a beaucoup de choses encore dans nos têtes, tout dépendra de la réussite du magazine presse…

couverture-numero1En avant-première, la couverture du numéro 1 à paraître avec la jolie Emy Lox, gagnante du concours « Cover »

A quelques jours de la publication du premier numéro, quels ont été pour l’équipe les points faibles et les points forts ? Avez-vous rencontré des difficultés et si oui, lesquelles ?

Les points forts sont les compétences techniques et rédactionnelles de l’équipe ainsi que des membres ayant une bonne connaissance du milieu et un réseau conséquent d’ami sérieux.
Les points faibles sont d’ordre commerciaux. Aucun d’entre nous n’a le temps ni le savoir-faire pour démarcher les annonceurs potentiels, qui sont à la base du financement du projet que nous désirions gratuit au départ.
La difficulté de faire ses preuves est très importante, on nous attend au tournant pour savoir si la qualité sera là et si l’on tiendra dans la durée. Certains échecs récents de projet de revues plus ou moins similaires ne nous aident pas dans notre démarche « confiance ».
L’une des difficultés également, et pas la moindre, est de se heurter aux puristes qui inconsciemment ne souhaitent pas ce genre d’initiative. La communauté doit rester un peu élitiste à leurs yeux, pour reprendre le terme que j’ai utilisé plus tôt, un certain « protectionnisme » s’instaure, on est fiers d’appartenir à ce petit milieu et s’ouvrir au grand public n’est pas forcément une bonne chose pour eux, ne voyant donc aucun intérêt à ce type de magazine. Heureusement ceux-ci sont minoritaires et la plupart des retours que nous avons sont très encourageants.

Comment s’abonner au magazine. Y aura-t-il des points de vente ?

Nous avons prévu la sortie officielle de Pure Vintage Magazine, le 18 janvier prochain et à quelques jours de cette sortie, nous ne sommes pas sûrs de pouvoir assurer celle-ci faute d’abonnés suffisants.
En effet, comme les annonceurs quasi inexistants n’ont eu ni les moyens financiers ni peut-être l’envie de jouer le jeu avec nous, nous avons été contraints de faire une revue payante au numéro. Nous ne cherchons pas à faire de bénéfices avec ce magazine, ce n’est plus notre ambition, nous voulons juste faire plaisir à tous ceux qui ont cru en nous depuis le début en éditant ce premier numéro. Les frais d’impression et d’envoi par la Poste sont très conséquents, nous tâchons d’équilibrer recettes/dépenses et pour cela un minimum de 300 abonnés environ sont nécessaires. Avec ce nombre atteint, nous vendrons l’exemplaire à prix coûtant au prix de 8,50€ + les frais d’envoi. Si toutefois ce seuil d’abonnés n’était pas atteint aux alentours du 10 janvier, nous rembourserons tout le monde et l’aventure s’arrêtera là.
Si ce premier numéro arrive à paraître et que nous rencontrons par la suite plus de succès auprès des annonceurs, nous pourrons faire baisser le prix de la revue.
La seul manière de se procurer Pure Vintage est de le commander via le formulaire sur notre site web : www.purevintagemagazine.fr (rubrique abonnement)

Pure vintage magazine logo

Quelle est pour toi la recette de la réussite d’un magazine du genre ?

D’abord être sincère dans la démarche, de l’honnêteté, ne pas vouloir sauter à pieds joints dans la « mode » du vintage mais bien user de ces pages pour promouvoir réellement acteurs et événements de la communauté. Proposer un média très proche de ses lecteurs avec de l’interactivité, être à leur écoute pour s’améliorer et revoir sa copie à chaque numéro, ne pas proposer de l’inintéressant « pompé » sur internet mais sans être journalistes pros, fournir du contenu intelligent, un travail de recherche, de rencontres, beaucoup d’images bien plus parlantes que de longs discours ; oui, de belles images qui font rêver et qui informent, le tout dans des pages devenant un objet de collection, un support papier de grande qualité à l’impression soignée et même si tout n’est pas parfait, si on sait transmettre notre passion à travers les pages, alors le lecteur saura reconnaître notre travail.

Un dernier mot à ajouter ?

La France n’est pas un pays où l’on donne facilement leur chance aux personnes qui ont une bonne idée. Certes la conjoncture économique n’aide pas non plus, mais l’immobilisme des français n’est plus à démontrer alors nous faisons le vœu que tous les passionnés de la communauté vintage sortent du lot et prennent bien conscience que la vie en « autarcie » n’a qu’un temps. Vous avez tous la possibilité de transmettre cette passion qui vous anime au quotidien, le fait de vouloir organiser des événements publics est bien la preuve que vous voulez faire bouger les choses. Contrairement à ce que vous pensez, tout ne se joue pas sur les réseaux sociaux, la venue d’un support magazine papier et d’un ensemble de médias complètement dédiés à tout ce qui vous est cher est une incroyable opportunité non seulement de communication mais d’affaires pour ceux qui veulent vivre de leur passion, pour se faire connaître et se développer, vouloir rester dans la stricte communauté sans s’ouvrir au grand public est une grosse erreur, une folie… vintage bien sûr.
Abonnez-vous, merci !

INFOS FLASH : Retrouvez Pure Vintage magazine, partenaire de la Fureur de Vivre, les 10 et 11 mai 2014, un événement organisé par Tom Mac Gregor. Toutes les informations à suivre sur le site du magazine et sur Facebook.

Contact : Fabrice Berreur – fabrice.purevintage@gmail.com
Facebook : https://www.facebook.com/PureVintageMagazine
Twitter : https://twitter.com/PureVintageMag
Site web : http://purevintagemagazine.fr

fureurdevivre

Une interview dirigée par Néné Chérie pour Folie Vintage
Crédit photos et images : Copyright Pure Vintage Magazine.
Photo de couverture : Couverture du calendrier Pin-ups 2014 par Pure Vintage Magazine.

Be Sociable, Share!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*