Home / Interview / Interview Bart & Baker
bartandbaker

Interview Bart & Baker

Sortie le 5 novembre 2012, Electro Swing 5 est la 6e compilation signée Bart & Baker chez Wagram Music. A cette occasion, Bart & Baker ont répondu à nos petites questions… Zoom sur ce duo incontournable qui fait swinguer le tout Paris !

Tout d’abord, peux-tu te présenter et nous parler de votre parcours avant de former le duo Bart & Baker ?
Pour ma part, j’ai découvert le Dj-ing à Brighton. J’ai fait des petits jobs en journalisme musical et pour des maisons de disques, puis une pause pour pouvoir assurer le quotidien. En 1998, reprise de la musique via la collection de disques et j’ai rencontré Jo Baker sur un salon du disque de collection.
Baker a travaillé aussi pendant ses études… Mais aux Folies Bergère comme machiniste sur les dernières revues et il a ensuite pris lui aussi un boulot avant de revenir à la musique dans le cadre de notre duo. Il a aussi l’avantage d’avoir une famille très très musicienne. Un de ses oncles fut un grand batteur de Jazz et sa maman fut une pianiste classique mondialement connue en son temps…

Bart & Baker, c’est le fruit d’une complémentarité, tant par vos inspirations que par votre passion du vintage, que ce soit la mode, l’art de vivre, la fête ou la musique. Quels sont pour toi les points forts de votre duo ?
Je parlerai plus de nos valeurs, ce qui nous structure en tant qu’artistes.
La curiosité : nous ne sommes absolument pas fermés à des expériences ou collaborations artistiques qu’elles qu’elles soient, tant que la démarche est créative, professionnelle et sincère.
La fidélité : nous ne sommes pas vraiment des girouettes et nous avons des collaborations qui sont anciennes et des gens auxquels nous sommes liés et que nous suivons sur le long terme. Lada en est un bon exemple, tout comme Tommy Dollar ou Christophe Avril. De même pour les Djs qui remixent nos titres, les graphistes qui travaillent nos images et les personnes qui nous font participer à des évènements. Nous faisons en sorte de préserver notre communauté d’amis artistes et de les impliquer du mieux que nous pouvons.
L’élégance : nous essayons de nous montrer élégants dans notre attitude envers le public, les artistes avec lesquels nous travaillons. C’est difficile de prétendre être élégant donc je pense que c’est au public de trancher au final.

Jo et toi avez, je crois, une carrière professionnelle en dehors de votre duo. Pourquoi ne pas vous consacrer qu’à cela ?
Nous pensons qu’il est bon de garder un pied sur terre avec une profession qui nous permet de rester lucides et qui nous aide à être organisés dans la musique et une ouverture musicale qui permet d’avoir du créatif dans nos vies et de sortir un peu de nos vies rangées.

Vos sets mêlent des influences du jazz big band, soul jazz et music hall… Qu’est ce qui vous a poussé à vous spécialiser dans l’Electro swing alors qu’on vous connaît comme étant de grands fans de jazz ?
Nous ne renions ni l’un ni l’autre mais il est vrai que nous sommes des amoureux du son « clubjazz », le style de morceaux de jazz purement dédiés à la danse. Du coup quand l’Electro Swing a commencé à se diffuser via G Swing ou Caravan Palace, nous avons tout de suite été séduits et avons souhaité apporter notre contribution au mouvement. En plus cela permet d’aller vers d’autres publics et encore une fois provoquer d’autres rencontres.

 

Queue de pie, ambiance music hall, strass et paillettes, votre objectif est de familiariser le grand public avec l’Electro swing. Ce « mouvement » n’est-il pas perçu comme appartenant à une élite ? Quelles sont les clés pour ouvrir les portes de l’Electro-swing à un maximum de monde ?
Franchement, nous ne pensons pas que c’est un mouvement qui est lié à une élite. Aujourd’hui, il est parfois moins onéreux de chiner astucieusement des pièces vintages et de les porter que de courir après la dernière paire de tennis à la mode. Nos habits n’ont jamais créé de fossé parmi le public, car les gens comprennent qu’on est plutôt dans l’envie de perpétuer la tradition du music hall et de tout temps c’est le public populaire qui a fait la renommée et la longévité des revues et des cabarets. CQFD !

Chez Foile Vintage, on aime beaucoup Lada ! Peux-tu nous parler de votre collaboration avec Lada Redstar pour « Juke Box » et « Zou bisou bisou ». Pourquoi l’avoir choisie en particulier ?
Avec Lada, c’est une belle histoire qui jusqu’ici s’est déroulée comme dans un rêve éveillé. Première vision : Mars 2008, une revue de Gentry de Paris sur le thème de la mer et une jeune fille installant un décor incroyable pour un seul numéro. Déjà la grande classe. En plus ce soir là, nous étions présentés à Dita Von Teese, autant dire que l’on s’en rappelle. Ensuite Lada nous a fait le cadeau adorable de créer une tenue en notre honneur… Franchement, cela aurait été une bêtise de ne pas lui proposer de sauter le pas de la chanson, d’autant que ce sont les titres qui ont eu le plus de succès parmi tout ceux que nous avons sortis.

La compilation Electro Swing 5, nouvelle collaboration avec Wagram Music, est sortie début novembre 2012. Comment s’est fait le choix des morceaux et quelle évolution retiens-tu depuis vos débuts ?
ElectroSwing 5 est en fait la sixième compilation en collaboration avec Wagram Music. Swing Party, Burlesque Swing, Saint-Germain-Des-Près-Café Vintage Collection, Electro Swing 3, 4 et 5. Le compte est bon ! Pour le choix des morceaux, c’est un processus qui se fait naturellement et par écrémage successif et nous avons les surprises habituelles avec par exemple le bonheur de remixer le dernier titre de Caravan Palace (merci à eux !) ou d’avoir un inédit Electro Swing des Puppini Sisters avec The real Tuesday Weld. Sur l’évolution on a plus de choix aujourd’hui sur l’Electro Swing car le niveau des productions s’est franchement amélioré ! Nous restons tout de même éclectiques car nous n’aimons pas trop le formatage musical.

Bart & Baker, ce sont donc des compilations, des soirées à thème, des émissions radios… Avez-vous d’autres projets pour 2013 ?
En 2013 vont sortir 4 titres originaux qui empruntent tous la même trame d’écriture. Des chansons dans l’esprit rétro mais qui parlent de choses modernes et dans un habillage Electro ou hip hop Swing. Le premier titre à sortir fin janvier sera chanté par Marcella Puppini (des Puppini Sisters), une artiste fantastique et adorable. Nous allons aussi commencer à réfléchir à la mise en scène de nos chansons en empruntant dans tous les styles visuels et scéniques qui nous plaisent. Nous avons d’autres projets encore au stade de projet donc pour l’instant par superstition, nous n’en parlerons pas.

http://www.folievintage.fr/img/hand.pngDécouvrez l’univers de Bart & Baker sur http://www.bartandbaker.com

http://www.folievintage.fr/img/hand.pngEt jeudi 6 décembre 2012, ne manquez pas l’APERO SWING & BURLESQUE – « ONE CENTURY BIRTHDAY PARTY » avec Lada Redstar, de19h à 1h à la Chaufferie de la Machine du MOULIN ROUGE. Elue World Burlesque Queen à Londres début mai 2012, Lada présentera son nouveau numéro « palyboy bunny ».
90 Bd de clichy – 75018 Paris, M° Blanche – Entrée libre.
https://www.facebook.com/events/218256798306518

Néné Chérie pour Folie Vintage.

Be Sociable, Share!