Home / Ils/Elles / Davis : style for miles
miles-davis

Davis : style for miles

Pourquoi jouer tant de notes alors qu’il suffit de jouer les meilleures ?

Miles DAVIS (25 mai 1926 – 28 septembre 1991) était trompettiste et compositeur de jazz.

C’est dans une famille bourgeoise et mélomane que Miles Davis apprend la trompette. En 1945 il réalise son rêve et rejoint la Julliard School of Music à New York. Il rencontre, entre autres grands noms du jazz, Thelonious Monk et Dizzie Gillespie. A 19 ans il enregistre déjà avec le saxophoniste Charlie Parker. En 1949, il participe au Festival international de jazz à Paris. A son retour, enregistrements et performances scéniques se succèdent, notamment grâce au quintette qu’il forme avec John Coltrane. Ses succès, ‘Miles Ahead’ et ‘Porgy and Bess’ datent de cette époque. Quand, en 1957, il enregistre à Paris la musique du film ‘Ascenseur pour l’échafaud’ il a alors atteint une renommée qui dépasse le cercle des amateurs de jazz. Il sort ensuite le mythique ‘Kind of Blue’ en 1959, puis notamment ‘Bitches Brew’ en 1969, ‘On the Corner’ en 1972 et ‘Doo-bop’ en 1991, son dernier album, référence pour les amateurs de hip-hop. Mais, en parallèle, des soucis de santé et les excès d’une vie par trop sulfureuse l’éloignent de la scène. Il y fait son retour dans les années 1980 sous le signe du jazz-rock. Il continue ainsi de traverser, toujours avec talent, les styles de la musique afro-américaine. On retrouve, en effet, du cool jazz à la fusion en passant par le hard bop, la sonorité singulière de sa trompette et une utilisation unique du silence. Ce parcours incroyable fait de lui un des musiciens de jazz les plus emblématiques. Son autobiographie paraît en 2007.(source : EVENE)

Miles Davis, c’est…

– L’invention du son : un souffle chaud froid, un mélange subtil de puissance et de fragilité qui animait son jeu, de son phrasé hypnotique, quasi-fantomatique. Puis viennent les gestes, les mimiques affectées, les expressions faciales crispées…
– La réinvention du jazz : happé par le Be-bop des années 40 à 19 ans sous l’égide de Charlie Parker, puis leader du mouvement « cool » -un jazz plus calme que le Be-bop-, Miles Davis parvenait à concilier succès commercial, expérimentation et exigence musicale. Il ne se remettra pas du bouleversement que connaîtra l’industrie musicale à partir des années 60, lorsque le rock fit irruption dans les charts.
– Les meilleurs à ses côtés : un flair exceptionnel pour repérer les talents des nouvelles générations : de John Coltrane à Tony Williams en passant par Cannonball Adderley, de Herbie Hancock à Gil Evans, les meilleurs jazzmen ont fait leurs armes à ses côtés.

http://www.folievintage.fr/img/hand.png http://www.milesdavis.com

 

Be Sociable, Share!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*