Home / Beauté / Le rasage à l’ancienne avec Alexandre Leprince
seraseralancienne (1)

Le rasage à l’ancienne avec Alexandre Leprince

On vous parlait il y a quelque temps de Alex Haircut’s Barbershop qui officie à Paris. Dans la même veine, mais cette fois-ci du côté du « rasé », Hélène Dymtriak a rencontré Alexandre Leprince, un passionné de rasage à l’ancienne… (un grand merci à Alexandre qui a accepté de consacrer du temps à répondre à ces questions)

seraseralancienne (1)
Oubliez le rasoir multi-lames et la mousse à raser chimique, Alexandre nous plonge dans son plaisir quotidien : le rasage à l’ancienne. Il nous explique sa passion, les accessoires à avoir et les bons gestes. Messieurs, peut être que cette interview vous donnera envie aussi de repartir au temps de vos grands-pères, qui sait ?

Cette expression est somme toute assez marrante et vague, car à quelle date peut-elle vraiment remonter ? Certains parleront du « rasage au Coupe Chou » (Rasoir droit ou Rasoir Sabre) qui remonte bien avant les années 1800 semble t-il et d’autres du rasage au Rasoir de Sureté, type Gillette que les GI Américains avaient dans leur musette pendant la guerre, un rasoir type papillon où il suffit de glisser une lame à double tranchant (d’ailleurs on appelle ces rasoirs des « DE » comme « Double Edge »).

Comment est née cette envie de vouloir te raser à l’ancienne ?

Me raser à l’ancienne c’est une envie qui a commencé il y a 2 ans maintenant, mais ça remonte même encore plus loin. Il m’était déjà arrivé de surfer sur le net, mais je regardais du côté des Coupe Chou, pourquoi, je ne saurais trop dire, principalement pour la beauté de l’objet, mais quand on a l’habitude d’avoir un rasoir tout en plastique avec des lames protégées, on a du mal à sauter le pas de se mettre une lame ultra tranchante sous la gorge. Du coup j’ai laissé tomber l’idée, en continuant à me raser avec ces rasoirs multi-lames. Ah le rasoir multi-lames, la corvée du matin de se raser, un rasoir qu’il faut jeter donc pas très écolo, dont les recharges coûtent une fortune, dont on augmente le nombre de lames chaque année et qui par dessus le marché nous offre de jolis points blancs, tout ça agrémenté d’une mousse à raser avec des produits bien chimiques.

seraseralancienne (2)
Quand on prend conscience de ça, c’est à partir de ce moment qu’on passe du côté bon de la force, celui du rasage à l’ancienne.
Je suis sur plusieurs forums de rasage à l’ancienne, et à chaque nouvel arrivant, dans la présentation il est toujours question d’écologie, de prix exorbitants, mais avant tout et là j’y arrive, enfant, l’image d’un grand-père, de nos grand-pères qui sentent bon l’after shave et qui se rasent avec de superbes rasoirs, pas un vulgaire rasoir en plastique, mais plutôt un rasoir en métal ou en inox, que l’on peut se transmettre de génération en génération. C’est là que ça fait tilt dans notre tête. Je suis enfin prêt au rasage à l’ancienne.

Ce rasage à l’ancienne m’évoque des parfums, des odeurs, un art, une passion, une prise de temps pour soi, mais aussi un retour aux vraies valeurs, une contre volonté de surconsommation pour des produits inadaptés, un anti conformisme, mais avant tout un désir de partager ou de retrouver des sensations de nos aïeux.

Mais n’ayant aucune expérience, et comme beaucoup d’entre nous, des grands pères qui ne sont plus là pour nous expliquer. On farfouille sur les forums de rasage pour y trouver tout type d’informations sur l’entretien du Coupe Chou (Affilage/Affutage/Angle de coupe) etc…Et là on tombe des nues : on se rend compte que ça va être difficile et qu’on risque d’y perdre une oreille ou autre.

Donc comme la plupart j’ai commencé par le DE (Rasoir de Sureté), un type de rasoir qu’on a l’habitude de manipuler, on peut trouver des rasoirs en brocante ou d’occasion sur internet et le prix des lames est dérisoire. Bien sûr, qui dit rasage à l’ancienne dit « un blaireau et un savon de rasage » pour remplacer cette fichue mousse ultra chimique. Le premier rasage est souvent irritant et très chauffant, car notre peau n’a pas l’habitude d’être en contact direct avec une lame si agressive, car les multi-lames offrent des protections de partout, sauf que quand on regarde de près, on voit toujours le poil avec un muli-lames, pas avec un DE.

seraseralancienne (3)

Il s’ensuit ensuite le SAC (Syndrome d’Achat Compulsif), comme pour les femmes, on se rend compte que passer un agréable moment à se raser et à utiliser du bon matériel ça donne envie d’avoir encore mieux, et on se met à acheter d’autre marques de rasoirs, avec d’autres types de lames, avec d’autres blaireaux qui sont soit en poil de blaireau, de cochon, de cheval. Pour finir les savons et crèmes de rasage, et là Oh My God, où est passé mon côté économe, je me retrouve avec plus de produits que ma femme et pour finir ces fichus multi-lames n’étaient pas si chers, mais c’est souvent la première année, on a envie de tout tester, mais on revient vite à l’essentiel par la suite.

Ça c’est la première étape chez un raseur à l’ancienne, il prend confiance avec un DE, le confort est meilleur, la qualité de rasage dépasse tout ce qu’il avait connu, mais il se rend compte qu’au début il lorgnait sur un Coupe Chou, le vrai rasoir du grand père, et c’est là que vient le deuxième effet kiss cool, « allez je me lance j’achète un Coupe Chou », sauf que pour bien se raser avec un coupe chou, il faut qu’il soit prêt à raser et c’est le gros problème.

Le rasage à l’ancienne est revenu à la mode, sauf qu’un rasoir qui sort de fabrication n’est pas prêt à raser (shave ready plus communément sur les forums), oui c’est un coupe chou, oui il est affûté, mais non il n’est pas prêt au rasage, il est prêt à raser du saucisson mais pas une joue ou un cou qui a une peau très fine et qui réagit à une lame directe. Il faut donc préparer ce Coupe Chou avec de la pâte à affûter et un cuir d’affilage, ce cuir suspendu dans la salle de bain de votre grand père, celui qui ressemble à une ceinture, eh bien ce cuir doit être utilisé avant chaque rasage, pour redonner du tranchant et de la douceur au fil du coupe chou.
Donc oui pour Noël vous recevez un superbe Coupe Chou, vous vous rasez une fois avec et là c’est le drame, vous venez de râper le fromage à la place de vous raser, c’est normal, votre rasoir n’était pas « shave ready », pensez y messieurs.

Peux-tu citer tes sources, tes sites, tes références ?

Oh oui je pourrais en citer, il en existe tellement, c’est quand on se plonge dans ce mode de rasage que l’on se rend compte qu’il existe déjà de nombreux passionnés.
Pour moi il y a 3 références francophones et 2 références anglophones en termes de forum où l’on peut trouver toutes les informations nécessaires pour se mettre à ce type de rasage :

Les Forums Français :
1 – Celui ci est axé sur le rasoir de sureté mais commence à développer la partie Coupe Chou :
http://www.rasage-traditionnel.com/forum
2 – Le plus connu en France dans le monde du Coupe Chou : http://coupechouclub.cultureforum.net
3 – Un nouveau venu, beaucoup moins d’utilisateurs, mais un peu plus perfectionné sachant que le créateur de ce forum est un artisan français qui réalise de superbe créations : http://leretourducoupechou.xooit.fr/portal.php

Les Forums Anglophones :
1 – http://badgerandblade.com
2 – http://straightrazorplace.com

Grâce à ces forums vous pourrez trouver du matériel d’occasion qui est très bien pour commencer, mais aussi des adresses vers des revendeurs professionnels de matériel de rasage à l’ancienne.

seraseralancienne (1)

Quels sont les accessoires que tu utilises ?

Pour ma part je dispose de :
– 2 rasoirs de sureté
– 3 Coupe Choux
– 1 rasoir droit style Kamisori (rasoir Japonais)
– 1 cuir paddle, c’est un cuir sur une planche en bois, plutôt qu’un cuir lanière, mais ça reste un cuir d’affilage
– 1 blaireau en poil de blaireau silvertip (le poil le plus doux)
– Des savons et crèmes de rasages
– Des After shaves type alcoolisé
– Des baume après rasage pour apaiser la peau

Bien sûr je ne les utilise pas en même temps, pour se raser il suffit d’un Coupe Chou, un blaireau et un savon à raser, mais pour l’entretien quotidien il est nécessaire d’avoir un cuir d’affilage, et pour les peaux sensibles n’oubliez pas le baume apaisant. Car oui nous obtenons un rasage de qualité, depuis plus aucun bouton, mais ça reste un accessoire tranchant direct avec la peau, et l’on peut très vite être irrité.

J’allais oublier, toujours avoir une pierre d’alun ou un gel hémostatique, car une coupure de coupe chou est très vite arrivée surtout en étant débutant, et parfois une pierre d’alun ou un gel hémostatique permettent d’arrêter le saignement. Normalement de l’eau très froide peu suffire, mais tout dépend de la coupure. Mais avec le temps on ne se coupe plus

Où te procures-tu tes accessoires et produits ?

Je les achète en passant par les forums, c’est là où l’on peut trouver du matériel d’occasion pas très cher et idéal pour débuter. Ensuite il existe des sites internet spécialisés dans le rasage à l’ancienne, mais on pourra trouver aussi du matériel en parapharmacie ou dans des parfumeries, mais ce sont souvent les produits qu’on achète en premier car facile à se procurer, mais qu’on abandonne vite a cause de leur mauvaise efficacité.

Voici quelques liens internet pour du matériel de rasage :
http://www.rasage-classique.com
http://rasoir-sabre.com/fr/
http://www.1barber.be

Le dernier lien vers une boutique artisanale de savon en France, ce savon fait l’unanimité au sein de la communauté du rasage à l’ancienne, la Savonnerie Martin de Candre : http://www.savonaraser.com

Il est aussi possible de se procurer des Coupe Choux en brocante ou aux puces pour des modiques sommes, et de leur redonner une nouvelle jeunesse.

seraseralancienne (4)

Ça te prend combien de temps ? Le fais-tu tous les jours ?

Le temps que ça prend varie beaucoup, par rapport au multi-lames qui était une corvée, quand on passe au rasage à l’ancienne ça devient vite une passion, et une passion prend du temps. Surtout quand on a un objet tranchant sous la gorge.
Avant chaque rasage il faut préparer sa mousse avec son blaireau, soit un bol ou directement sur le visage, mais il faut aussi affiler son rasoir et ensuite se raser.
On se rase souvent en plusieurs passes (Une passe dans le sens du poil, une passe un contre sens, et une passe en diagonale), entre chaque passe remettre de la mousse sur le visage, cette méthode n’est pas académique, chacun fait comme il veut, mais il est recommandé de suivre cette méthode au début. Donc on va dire qu’un premier rasage, pour trouver le bon angle avec le rasoir plus la préparation peut prendre entre 30 et 45 minutes. Je pense que pour ma part c’était 35 minutes la première fois. Maintenant j’en suis arrivé à maximum 15 minutes tout compris, il faut persévérer et se dire que l’on prend du temps pour soi. Je préfère me lever 30mn plus tôt et prendre le temps d’être face à face à avec moi même, et de respirer avant d’aller bosser plutôt que d’utiliser un multi-lame ou un électrique et d’arriver mal rasé mais que ce fut une corvée.

Est ce que je le fais tous les jours ? Principalement oui car j’aime avoir une peau lisse, le côté barbe de 3 jours c’est pas ce que je préfère, j’ai l’impression de ne pas m’être lavé, mais quand je sens que ma peau est fatiguée, il m’arrive de ne pas me raser pendant 2 ou 3 jours pour arrêter l’attaque d’une lame trop tranchante sur ma peau. Et l’hiver n’aidant pas, surtout bien s’hydrater. Mais quand on a goûté au rasage à l’ancienne et que ça devient une passion de se raser, pourquoi attendre 2 jours avant de se raser si on peut le faire tous les jours et obtenir un BBS. Et là on va me dire qu’est ce qu’un BBS, c’est ce que chaque raseur à l’ancienne cherche à atteindre c’est « Baby Butt Smooth », un rasage qui offre une peau comme un derrière de bébé, si vous en êtes arrivé là, c’est que vous êtes sur la bonne voie…

Sources photos : Alexandre Leprince

Article écrit par Hélène Masselin-Dmytriak pour Folie Vintage

Be Sociable, Share!