Home / Burlesque/Cabaret / Interview : Miss Emilie Olala
Emilie-Olala-6

Interview : Miss Emilie Olala

Un nom de scène qui sonne la fête et la bonne humeur, Mademoiselle Loison aka Miss Emilie Olala est une effeuilleuse burlesque aux belles perspectives d’avenir pour un art dont on ne compte plus les âges. Sur scène de Paris à Casablanca, en passant par New York, la Magic Burlesque show girl est aussi directrice artistique des soirées Burlesques Olala Party ! et Professeur d’Effeuillage Burlesque. Malgré un programme chargé au Chili, Miss Emilie Olala a accepté de répondre à quelques questions pour Folie Vintage.

« Avant tout, je veux rester Libre et faire ce que j’aime et ce que je veux, le tout avec un torrent d’amour. »

FV : Qu’est-ce-qui t’a donné l’envie de créer ton école et comment tu y es parvenue ?

E.O : Après avoir organisé les « Olala party », j’imagine que tu sais au combien cette discipline est contagieuse… !
J’ai reçu plein de mails de demandes de cours et je me suis lancée petit à petit. Cà ne fait qu’augmenter chaque année. J’adore donner ces cours, car j’ai une vrai complicité avec mes élèves. C’est deux heures de surprises et de bonheur pour moi !
J’ai été pendant longtemps une vraie 24h/24h working girl ! C’était impossible pour moi de déléguer quoi que se soit. L’organisation des Olala Party, les cours, en plus de mes shows… Je faisais tout toute seule, une vrai folie…
Depuis cette année et avec le temps, j’ai rencontré les bonnes personnes, celles en qui je peux avoir confiance et qui sont aujourd’hui de vrai alliées.
J’ai une fille super à Grenoble qui m’aide pour l’Ecole et qui est aussi formée depuis peu pour me remplacer sur certains cours. Mes cours ont lieu une fois par mois, donc je réunis les dates, et çà me fait une occasion de voir ma famille et mes amis à Grenoble pour un week-end, c’est génial.

FV : J’aimerais en savoir un peu plus sur ta philosophie de vie et de travail. Dans quelles conditions travailles-tu ?

E.O : Je suis quelqu’un qui n’aime pas attendre. Je suis une hyper active ! Je me suis investie dans le burlesque depuis plus de 5 ans avec passion à 100%. Avec les années, je me suis rapprochée des artistes burlesques qui me ressemblent et qui partagent la même philosophie.
On se soutient, on s’aide, on partage nos idées, et on ne s’attache pas au critique, on avance et ça marche très bien. J’ai besoin de me sentir en confiance avec les artistes avec qui je travaille, et surtout m’amuser. Ce sont pour la plupart des amis aujourd’hui. Et bien sûr, il faut un bon paquet de folie, et de conneries aussi ! En ce qui concerne ma vie en dehors du burlesque, j’ai mon chéri qui me soutient à fond, on est love de love. Mes amis de longue date m’ont vue évoluer, et sont très fiers aujourd’hui, même si au début ils se demandaient bien dans quelle aventure je me lançais encore ! Ils ont l’habitude de me voir dans des projets très différents, et savent que si je le décide, je suis capable de changer du tout au tout encore, et élever des chèvres dans le Larzac sans problème, Ah Ah ! Avant tout, je veux rester Libre et faire ce que j’aime et ce que je veux, le tout avec un torrent d’amour.

FV : Qu’est-ce-qui t’inspire pour tes shows ?

E.O : Eh bien c’est un tout, cela peut être une musique, puis des photos, des vidéos, un film, une rencontre… Une idée débile en faisant la vaisselle et qui se transforme avec d’autres inspirations… Ah c’est bizarre comment l’inspiration vient…

FV : Tu es actuellement au Chili, quels sont tes projets ? Les chiliens ont-ils bien accueilli ton univers burlesque ?

E.O : Je suis actuellement au Chili pour la préparation d’une émission sur le burlesque. Nous sommes en tournage. Pour être honnête, j’ai longtemps appréhendé l’idée de partir si loin, car tout va très bien pour moi en France ! Et je me suis lancée ! L’aventure ! Je ne regrette pas une seconde, c’est génial ce qui m’arrive là-bas. Au Chili, je pense que les gens sont très heureux de savoir que le cabaret et de plus le cabaret burlesque soit présenté dans cette émission.

FV : Depuis le temps que tu es dans le burlesque, comment perçois-tu le milieu et son évolution dans le futur ?

E.O : Je pense que le burlesque a généré depuis le début un grand engouement, beaucoup d’envie, et qu’aujourd’hui la scène et les artistes se sont beaucoup développés. Il y a un point négatif, ce sont les conditions pour les artistes burlesques qui sont pour la plupart indépendants. C’est très difficile de ne vivre que du burlesque. J’ai fait le choix d’être professionnelle et d’avoir mon statut d’intermittente du burlesque, chose qui n’était pas facile en ne faisant que ça, mais aujourd’hui je l’ai et je suis fière d’avoir gagné ce pari. Je pense que ce n’est pas une mode, c’est avant tout un art et une culture. Je vois de très belles années pour le burlesque partout dans le monde, à moins que ce soit vraiment la fin du monde en décembre… Et encore, peut-être qu’avec les survivants, on fera ça sur une autre planète, qui sait ? Ah ! Ah !

http://www.mademoiselleloison.com
http://olalaparty.wordpress.com
https://www.facebook.com/MademoiselleLoisonOlalaParty
https://www.facebook.com/pages/Ecole-dEffeuillage-Olala-Grenoble/231854346893801






Crédits photos :
Photo 1 : Ewa Cieszkowska
Photo 2 : Photographe : Pauline Darley, Modèle : Emilie Loison, Maquillage : Camille de MademoiselleMu, Coiffure : Brigitte, Stylisme : Blackitten, Bibi : Jane L’incandescente
Photo 4 : Yoann Garot photographer
Photo 6 : Joelle Rasoarivelo. Costume Alix Bonneau

Be Sociable, Share!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*