Home / Burlesque/Cabaret / Interview Champagne Mademoiselle ? Part.2/2
champagnemademoiselle (6)

Interview Champagne Mademoiselle ? Part.2/2

Champagne Mademoiselle ? Part. 2/2

L’ivresse des sens : du chant à l’effeuillage… à l’alchimie burlesque
La naissance d’un grand cru

Folie Vintage : Champagne Mademoiselle, un peu comme un festival des sens, c’est avant tout des sensations. Une voix de miel, sucrée, exotique, un frisson de sensualité… dévoile-nous un peu ton background d’auteur/interprète dans le monde de la musique…

Champagne Mademoiselle : J’ai plusieurs formations, ça va du quintet, quartet, duo, piano voix… je travaille quasi exclusivement en Allemagne car ils aiment vraiment la live music, en Alsace c’est plus difficile… même en France d’ailleurs. Je fais du jazz, j’ai un groupe avec des reprises bossanova ; c’est vrai que niveau création le burlesque m’épanouit plus. A l’époque j’avais fait un spectacle spécial autour de Nougaro, j’aimerais beaucoup tous les deux ans reprendre un répertoire, et travailler dessus. Reprendre Nougaro c’était rude. Une vraie expérience en tant que femme… de chanter, d’interpréter les textes forts d’un homme… Ca m’a pris du temps, il fallait vraiment que je revisite tout. J’aime les défis. Quelque chose me court dans l’esprit depuis quelques temps, je pense me faire un petit CD démo de quelques morceaux jazz, mais inclure un morceau qui tourne vers l’univers du burlesque et du cabaret. J’ai beaucoup de demandes, je pense vraiment que ça pourrait être intéressant. Mais TOUJOURS avec une touche burlesque ! J’aurai aussi du rouge à lèvres rouge, sur la pochette ! (rires) Qu’on s’amuse aussi, autour de ce thème, avec les musiciens… !

champagnemademoiselle (5)
Crédit : Mylène – Un cocktail acidulé de talents

Folie Vintage : Et un jour saint, tu as découvert l’effeuillage… le piment qui manquait à ton art, pour exprimer tes passions, pulsions et réaliser ton véritable catharsis sensuel du corps et de l’esprit, c’est un peu ça ? Ce qui t’a permis de t’exprimer, de faire le lien entre tes passions, tes dialogues artistiques et de faire un peu ton introspection au niveau de ta carrière… ?

Champagne Mademoiselle : Oh oui ! Je pense que c’est vraiment arrivé à un moment où je suis prête, avec l’âge… quand je vois les filles autour de moi, elles sont TOUTES jeunes !

Folie Vintage : Donc pour toi, l’âge aurait vraiment joué ?

Champagne Mademoiselle : Totalement. Pour moi ça a fait une sorte de bilan, une synthèse de tout ce que j’ai fait. J’ai fait du mannequinat de 15 ans à 20 ans, de 20 ans à maintenant j’ai chanté, après le théâtre… et tout ça, avec les aléas de la vie ; quand j’ai fait ma première scène burlesque, j’étais mûre pour ça. Après mon enfant, je me suis dit : « bon ben maintenant je vais faire quoi, jusqu’à la fin… ? Je vais continuer mes piano-jazz, peut être mourir vieille chanteuse ? Donner des cours… ? »
Quand c’est arrivé, c’était parfait. C’est tombé rudement bien. Quand on me félicite de sortir de problèmes techniques, je ris car dans ma carrière j’ai déjà connu le ridicule plus d’une fois !
En 12 ans j’ai peur de rien ! A 20 ans j’aurais été incapable de faire ça… ! J’aurais été totalement cucul. (elle glousse en riant)
Mon corps est maintenant ce qu’il est, avoir un bébé c’était rude. Mais je me suis réconciliée, c’est que du bonheur. Et du coup plein de filles me demandent des conseils, elles m’appellent. Je leur donne un coup de pouce, une idée… on partage tout.  Je suis un vivier, ça me plaît ! A 20 ans j’aurais pas pu. Maintenant je suis épanouie et ravie.

champagnemademoiselle (7)
Crédit : Krahzi – Champagne Mademoiselle ? et la troupe Pin-Up d’Alsace

Effeuillage d’effeuillages…

Je te propose d’effeuiller un de tes numéros, pour plonger dans ton univers pétillant à la robe envoûtante… L’examen visuel de ton plus grand cru, « Déshabillez-moi », une robe éphémère, aux volutes d’une sensualité enivrante… et d’un grand caractère ! D’une voix fruitée, à la lueur des projecteurs, ses adorables joues se teintent carmin… l’intensité du cru s’élève à l’intensité du moment, où au fil des mots, la robe s’évapore et se délaisse…
Toute métamorphose faite, et pour un tableau des plus dépeins, la belle vêtue d’une robe de laine fine se débobine, attirée par un curieux spectateur, au fil des mots…
Un effeuillage participatif, coquin et coquet, improbable et coriace à l’intensité d’une voix sucrée.

Folie Vintage : Parle-nous de ton inspiration scénique, quel a été l’impact au point de départ de la création scénique de ce numéro ?

Champagne Mademoiselle : J’ai été inspirée par mon prof de théâtre. Quand je lui ai parlé du burlesque et de mon entrée sur cette scène elle m’a dit : « Oh c’est génial… Si c’était moi je rêverais d’un truc, d’un corset, qui tomberait… Comme ça, qui ferait ça tout seul… » Elle me parlait d’une sorte de rêve ; je trouvais ça magnifique. Ca me transportait… je rêvais de ça…

Folie Vintage : D’une quête de l’éphémère… ?

Champagne Mademoiselle : Tout à fait ! Je parlais avec une amie créatrice de bijoux, on a tilté : la laine ! Quelque chose qui se défait… Hop là, je continue cette idée.
Je fais dans une boutique de tricoteuses, de laine… « Bonjour je cherche une tricoteuse pour un projet d’effeuillage ». Elles m’ont regardé avec des yeux ronds, et m’ont répondu un peu sèchement qu’une petite vieille dame, alsacienne, tricotait professionnellement.
Je me suis rendue chez elle, je lui ai parlé de mon projet, elle m’a dit que deux ans auparavant, elle avait réalisé un projet pour une étudiante aux arts-déco, un pull-tube qu’elle pré-montait avant de filer ; du coup, un style de tricot qui se détricotait particulièrement, pas qu’en tournant… parce que tourner 10 000 fois sur scène… merci ! (rires) Et là elle m’a sorti sa boîte magique, et sa technique qui détricote de côté en côté. Les fantasmes c’est bien mais bon… la réalité est autre !

champagnemademoiselle (6)
Crédit : Mylène – Au bout du fil…

Au début c’était une robe tube, ensuite on a habillé un soutien gorge avec de la laine, au début le numéro était trop long… la musique était trop courte ! Ensuite j’ai rallongé la musique, raccourci la robe… ! Quelle histoire ! Après j’avais tout un speach ; je disais au public pour les motiver et jouer sur cette particularité « Si la robe est pas détricoté à la fin de la musique… c’est que vous n’êtes pas allé assez vite… hé bien TANT PIS ! » (rires) Tout le monde hurlait, « Mais non c’est comme ça ! C’est comme ça ! » Et des fois je partais… frustration extrême ! C’était très amusant… mais il y a encore des choses à refaire, je ne suis pas encore pleinement satisfaite de cette performance ! Il y a encore quelque chose à faire… !

Folie Vintage : Une performance encore plus audacieuse ?

Champagne Mademoiselle : Oui j’ai une idée de faire deux fils, peut-être de faire un concours au plus rapide ! (rires) Mais des fois, ça brûle… il faudrait revoir l’aspect technique. Des personnes vont trop vite et la laine me brule la peau. Des fois il y a de sacrés problèmes techniques. Ensuite je récupère la laine et je recommence.

Folie Vintage : Le premier numéro burlesque écologique ! Un peu particulier pour le spectateur, bien des plus curieux… j’imagine que même au cœur d’un show coquet et coquin d’effeuillage, Monsieur n’aurait pas osé imaginer se retrouver à te déshabiller d’une manière aussi… cocasse !

Champagne Mademoiselle : Ils sont tous ravis ! Excités, et si pas assez excités, d’autres les remplacent ! Je regarde mon poignet d’un air pensif style c’est looong ; c’est participatif, c’est drôle !
A la Saint-Valentin, très amusant, une fille a poussé son compagnon pour finir ! Pour aller plus vite ! Mais à chaque fois que je fais ce numéro, j’ai une grande émotion quand la robe se détricotte au niveau des bas… le public est en osmose et en émoi, et un grand « aaaah » s’épanouit dans la salle ! Au début, selon le placement, les gens ne comprennent pas forcément le numéro, très sur le détail. A la toute première présentation, c’est une stage kitten qui devait détricotter la robe. Elle trouvait un fil en passant le balais et tire dessus… au bout d’un moment, quand on arrivait à la hauteur de dévoiler les bas, j’ai ressenti cet émoi général. Une osomose… Une attention, une tension particulière ! Ca m’a vraiment plu !

Folie Vintage : Ce numéro est assez particulier car il est en perpétuelle réécriture scénique et artistique. Ton attitude, ton jeu et ton chant s’acclimatent à l’ambiance, au contexte, à la scénographie mais surtout à l’attitude de ton assistant d’un soir… Au delà du numéro d’effeuillage, c’est une réelle performance « in vivo » !

Champagne Mademoiselle : Oui ! C’est tout à fait ça ! Je sais jamais comment ça s’est terminé. Une fois on a eu un souci de noeud, j’ai du faire un trou dedans. Il y avait 36 000 fils, on a du chercher quel fil était le bon pour détricoter le restant de la robe. Je pense que ce numéro serait parfait avec un pianiste, pour le ponctuer, faire des effets de jeux, pour le faire durer, ralentir… rallonger… Avec la bande son, c’est compliqué. J’utilise le fait de m’en aller subitement ; plus les gens participent plus c’est vivant. Alors que les numéros classiques, même si les gens ne participent pas, les filles terminent quand même à moitié nues ! Alors que là, c’est une autre histoire… ! On devrait toujours aller au bout, mais là non ! Excitez-vous ! (rires)

Des bulles, à en perdre la tête… à s’envoler, à ne plus toucher terre

Lovée d’un drapé de dentelles fines, un faux cul de plumes d’autruches sublimant les courbes sulfureuses de notre Mademoiselle, une coiffe pour sublimer ce visage de poupée, aux mille et un cristaux rayonnants… digne d’une vraie muse des Ziegfeld Follies, ce doux élixir commence à nous monte à la tête…

Folie Vintage : La facture de cet incroyable costume est totalement maison, quelle épopée fantastique elle a dû être ! Conte-nous un peu tes excitations et tes désenchantements…

Champagne Mademoiselle : Ouais… ! En fait, mon compagnon m’a dit quand je lui ai présenté les photos « Ouais, OK… ouais » (rires) « C’est bien, je sais tu as flashé… mais c’est quand même heu… wow… ». Je ne me trouve pas à la hauteur de ce costume. C’est tellement diva, grandiose. Mais je trouve ça intéressant de travailler autre chose, me tenir droite (rires) Je ne connais pas, il faut que je tente ! J’étais à Bruxelles pour Neo Retro et je chinais pour un projet personnel, je me baladais, je vois une petite friperie… j’adore les châles, les déshabillés… et là je vois un bout de plumes noires… « Madame, c’est quoi cette belle chose ? » (comme une petite fille !) Avec son accent belge, elle me sort d’abord un énorme truc en plumes… grand comme un éventail avec des écussons strassés, elle me dit « C’est une coiffe. » Elle m’explique, je commence à m’exciter… et là elle me sort une énorme robe orange, pleine de strass, avec une queue énorme noire… Et elle me dit « Attendez, c’est pas fini ». J’étais en transe. Elle me sort un immense truc en plumes, et elle me confie que ça, ce n’est que des « ailes »… ! C’était un costume de drag queen, il y avait des faux-seins et là elle m’annonce un prix… ridicule ! J’étais folle !! Je tremblais de partout ! La robe était très usée. Mais du coup j’avais un tissus de dentelle noire transparente, j’ai tout décortiqué et j’ai tout reconstruit à la façon de la conception de ce costume d’époque ! En plus j’ai trouvé un porte-bonheur, je l’ai cousu sur mon costume… Quelle émotion ! Ma mère et moi on a réalisé cette robe ensemble, elle est styliste et vit en Martinique… c’était une magnifique expérience ! J’ai fait ce costume sur un coup de coeur et coup de tête, sans savoir quoi en faire !

champagnemademoiselle (10)
Crédit : Justine Maillard – L’oiseau noir

Mais là la musique ne me plaît pas, ni le numéro d’ailleurs…

Folie Vintage : Du coup tu en es où aujourd’hui ?

Champagne Mademoiselle : Je commence le numéro sur « Perhaps » et je finis sur « Blackbird » un classique de jazz. Deux rythmes différents, je chante et je m’effeuille… très peu !

Folie Vintage : Quelles sont tes sources d’inspirations à travers cette nouvelle performance résolument classique et aux allures plus « solennels » que tes autres numéros ? Une nouvelle envie, un nouveau challenge… ou pas ?

Champagne Mademoiselle : Ou pas ! Je commence à me dire que c’est too-much, et pourquoi pas faire déchanter cette diva ? Jouer sur le double jeu, lui jeter un sort ! (rires)
Il faut que je la présente encore, que je la fasse jouer et évoluer par elle-même aussi ! Sur plusieurs scènes… avoir des retours et la faire évoluer par elle-même.

Folie Vintage : Quel est ton jeu au sein de la performance, quel est le rapport artistique entre le chant et la performance ?

Champagne Mademoiselle : Non, car c’est tellement un costume grandiose et particulier. C’est contemplatif, je m’amuse pas réellement encore avec ce numéro.
Une amie de ma prof de théâtre me dit, « Attends, c’était sublime c’était trop court ! Ce costume à chacun de tes mouvements, on revit quelque chose de nouveau ! » alors que moi je m’ennuyais et que je trouvais ça mille fois trop long ! (rires) Il y a vraiment quelque chose d’autre à faire !

champagnemademoiselle (9)
Crédit : Ombrero Pictures – « Blackbird » à la Beauties of Burlesque

Les gens sont en extase, mais bon… Je m’ennuie… ! En plus, j’ai pas grand chose à ôter, les manches-gants, et la robe. Peut-être… le pousser dans son paradoxe ! Ou alors le baser que sur le chant… ? Mais c’est toujours compliqué de mettre en valeur les voix, la live music dans la scène burlesque, pas réellement agencée et prévue à cet effet. Donc à voir !
Un petit mot personnel pour nos lecteurs ?

Champagne Mademoiselle : Venez à juillet à Strasbourg ! (rires) La vie est belle… A la votre !

Justine Maillard pour Folie Vintage

Et plus si affinités…

Et pour ressentir le frisson de l’ivresse et plonger dans l’univers pétillant et acidulé de Champagne Mademoiselle ? Le Kafteur vous donne rendez-vous du 25 au 27 juillet à Strasbourg.
Découvrez vous d’un fil avec le labo burlesque du cru alsacien :

Avec : Cherry Lyly Darling, Coco Das Vegas, Peppy Madeline, Vincent Faller et autres invités– à partir de 21H
Tarifs : 16€, 13€, 11€ et 5,5€ – Réservations indispensables : 03 88 22 22 03
Le Kafteur – 3, rue Thiergarten – 67000 Strasbourg – http://www.kafteur.com/

Retrouvez l’ivresse sur l’internet :
http://www.champagnemademoiselle.fr
Facebook : https://www.facebook.com/pages/Champagne-Mademoiselle-/308205479195944

La troupe Pin-Up d’Alsace : https://www.facebook.com/PinUpDAlsace

Retrouvez également Champagne Mademoiselle ? au sein de la troupe Pin-Up d’Alsace du 9 au 18 août prochain lors des soirées BINGO BURLESQUE au Magic Mirrors, établissement au charme incroyable, lors de la Foire aux Vins de Colmar en entrée libre !

Be Sociable, Share!