Home / Burlesque/Cabaret / Entretien avec Minnie Valentine
minnie-valentine4

Entretien avec Minnie Valentine

http://www.folievintage.fr/img/hand.png Nos questions à Minnie Valentine…

Peux-tu te présenter ?
Bonjour Folie Vintage ! Je suis Minnie Valentine. Méfiez-vous de mon nom doux et enjôleur car en-dessous de cette gueule d’ange peut se cacher une réelle tigresse. (rire)
Blague à part, je suis effeuilleuse burlesque  et chanteuse rétro. Je profite de la polyvalence de cette discipline pour m’exprimer à travers tout ce que j’ai toujours aimé, à savoir les costumes, le chant et le jazz.

Quelles ont été tes motivations pour te lancer dans le burlesque ?
Avant de commencer le burlesque, j’étais déjà assez ancrée dans le milieu artistique en tant que photographe, puis comme modèle alternative et notamment pin-up. De fait, le burlesque était donc une suite logique dans mon épanouissement artistique.

Parle-nous de tes numéros… Combien en as-tu à ton actif, lequel te plaît le plus ?
Oula… j’ai fini par arrêter de les compter. Avec toutes les soirées à thèmes et les demandes particulières, mon appartement ressemble plus à une boutique de costumes qu’autre chose. Corsets, éventails, coiffes, col en plumes d’autruche comme dans les cabarets… Depuis mon enfance, j’ai toujours adoré me costumer. Le burlesque ne fait que perpétrer ce goût. Celui qui me plaît le plus? C’est toujours difficile à dire car ils sont tous très différents. Mais le plus surprenant, c’est sans doute la Valkyrie, avec son armure aux soins pointus. Le costume comme la mise en scène sont assez inattendus. J’adore surprendre et être là où l’on ne m’attend pas.

minnie-valentine

Minnie Valentine par Rachel Saddedine

http://www.folievintage.fr/img/hand.png Minnie Valentine en interim à Grenoble

Par Marc Tresve pour Folie Vintage

Je me promenais downtown par ce beau samedi glacé des Alpes, le nez dans les frimas, quand soudain qui croisai-je ? Wanda de Lullabies. Bise, papotage, et elle me confie : « Parlant burlesque, en ce moment même où on se parle, il y a un stage à deux pas d’ici. » Palsambleu, pensai-je, j’ignorais cela ! Je fouillai, l’esprit en ébullition et ce malgré le climat, dans le stock d’infos en vrac qui grouillait sous mon chapeau,  mais ne me rappelais pas avoir eu vent de l’affaire.
Avec qui, demandai-je ? « Minnie Valentine ».
Je m’exclame : Ah, mais elle aussi (ndr : Wanda l’est également) elle est sélectionnée pour le London Burlesque Festival ! Toi d’abord, il y a quelques semaines Lily Deslys, et aujourd’hui Minnie : Grenoble doit être un pôle d’attraction ! Toutes les sélectionnées françaises aiment la neige décidément !

Je lui demande où se situe le stage (mais je ne peux m’y rendre), on se donne rendez-vous pour le prochain cabaret burlesque avec Valentina del Pearls et Anna Bogen, on se quitte et je suis un peu frustré. Je rentre chez moi et je couche cette frustration sur Facebook : Minnie Valentine était à Grenoble et je l’ai loupée !

Le lendemain (dimanche donc) je lis ce commentaire : « Je suis à Grenoble jusqu’à 17h aujourd’hui. Il n’est jamais trop tard. » Minnie a répondu !

Là je dois faire un aparté : je suis vraiment admiratif de toutes ces personnes, ces artistes, bourrées de talent, qui vont par monts et par vaux, parfois dans des voyages réellement improbables, mais qui sont, restent toujours avenantes, courtoises, sympathiques, enjouées et simples, le contact aimable. Fin de l’aparté.

 Minnie a répondu et je lui propose un rendez-vous qu’elle accepte. On doit se retrouver à la gare avant qu’elle ne parte. Elle me donne son numéro de téléphone, je l’appelle. (A ce moment elle sait que je connais Néné Chérie, Wanda, etc. Cela aide.)

« Je voudrais juste te voir, d’abord pour te demander ce que tu viens faire à Grenoble, puis pour te poser une ou deux questions sur le London Burlesque Festival. » Elle n’a pas le temps de répondre que son taxi arrive, et on se dit à plus tard.

minnie-valentine2

Minnie Valentine par Rachel Saddedine

Elle me rappelle arrivée à la gare, mais moi je ne peux plus y aller, je suis bloqué, coincé, mauvais karma,  alors j’improvise : « On va faire ça par téléphone »
« Cela sera plus compliqué de te décrire, ou de décrire ta figure se déformant devant la complexité de mes questions, mais cela peut être un joli challenge pour moi » Elle est partante, apparemment ce n’est pas sa première interview à distance (moi si !)

En fait je triche un peu,je sais déjà dans quel cadre elle vient à Grenoble, j’ai trouvé l’info sur le profil de Emilie Loison (Olala Party)… C’est un stage Olala Party. Mais il me manque quelques infos.
« Donc que fais-tu chez nous, chanceux isérois ?, questionnai-je comme promis » Et là, j’entends comme les rouages du cerveau de mon interlocutrice qui se mettent en branle. Vous savez, ces mécaniques automatiques qui, quand on touche le bon loquet, dents crénelées après engrenage finissent par prendre une vitesse de croisière fantastique, et improbable ?

« C’est un stage d’approfondissement burlesque, d’auto-coiffage et d’auto maquillage façon burlesque rétro. Normalement Emilie Loison donne des cours de burlesque, mais là comme elle est au Chili pour son tournage et que les élèves sont très demandeuses, elles m’ont contactée et avec l’accord d’Emilie, j’ai organisé un stage d’approfondissement burlesque, d’auto-maquillage et d’auto-coiffage façon burlesque-rétro. Les élèves sont très volontaristes. Elles veulent faire de la scène, elles sont prêtes à tout prendre en main pour avoir leur cours.
En plus de cela, je fais des photos. Quand elles sont en stage les filles, d’habitude, ne sont pas forcement maquillées, ni habillées en tenue de scène. Elles ont ainsi une photo souvenir de leur transformation et gagne surtout en confiance durant leur cours. »

Je l’écoute et j’imagine une flamme, ou un arc électrique, quelque chose qui déborde d’énergie. Et je ne sais pas pourquoi, je la vois blonde, Minnie n’a pas une voix de rousse ou de brune (j’ai vérifié depuis : mon intuition est fiable). Cela n’est pas prévu dans mes questions mais soudain je m’interroge : que fait-elle dans la vie ? « Je suis attachée de presse »
Je ne sais pas pourquoi cela ne m’étonne pas. C’est comme si, à nouveau, j’avais touché un loquet déclencheur.  « Je jongle, je suis totalement épanouie dans la vie, contente des choix que j’ai fait ».  Je l’interromps : « Cela s’entend ». Elle n’a pas l’air de comprendre. « Cela s’entend … Que tu es épanouie dans la vie ! »  Merci, et elle redémarre : « Mon travail me demande organisation et rigueur … »… On veut bien la croire.

En plus de son futur passage à Londres et des stages, notre demoiselle fait partie de l’équipe de Garter & Garter (dont on a vu la présidente, Loulou Champagne, à Grenoble, il y a peu) et elle me dit qu’elle fait aussi partie d’un projet, le Burlesque Moulin Paris (on entend bien les références). Il faut que je canalise : Et ce London Burlesque Festival, cela t’est arrivé comment ?

C’est à cet instant précis que j’ai compris que j’étais extrêmement doué pour toucher les bons loquets !

minnie-valentine3

Minnie Valentine par Ewa Cieszkowska

C’est en fait sa deuxième participation. L’année dernière elle était sélectionnée dans les nouvelles venues. C’était son but ultime (le mot est d’elle !) : participer au London Burlesque Festival !  « Parce que cela donne une crédibilité internationale, l’image du festival c’est tout un symbole, c’était magique et après … mon but, c’était de revenir. »
Il y a de la joie dans sa voix, de la fierté aussi.

« Avant le 5 janvier de l’année où on veut s’inscrire, il faut déposer un dossier, une fiche technique avec bio, la description de deux numéros et une vidéo, beaucoup de détails. Une semaine après la deadline, on a la réponse. »

Cette année elle s’est présentée à la sélection des effeuilleuses confirmées : Minnie Valentine is the French Burlesque Nightingale. With a single musical note, her voice will make your heart melt. Be prepared to tremble with pleasure and surprise!  dit le pitch, sur le site du festival. (voir la page).

Atelier donné à Reims à la boutique Princesse Boudoir
Par Minnie Valentine

« Je présente un de mes nouveaux numéros, de Walkyrie, qui n’est pas quelque chose de fréquent. » Encore cette fierté, sans arrogance, charmante, il y a une note d’ingénuité dans la voix : « c’est comme si  j’avais fait mes preuves, aux côtés de toutes mes idoles du burlesque. »

« Et cette fois si, après le 5 janvier, quand tu as appris la nouvelle, quelle a été ta réaction ? »

La réponse fuse : «  J’avais envie de sauter partout, comme la dernière fois. Je me suis dit : 2013 va être une sacrée année – encore »
On veut bien la croire.

Atelier donné à Reims à la boutique Princesse Boudoir
Par Minnie Valentine

http://www.folievintage.fr/img/hand.png Liens

Page Facebook : https://www.facebook.com/pages/Minnie-Valentine/127103623998893
Site internet de Minnie Valentine : http://www.minnie-valentine.com
Olala Party : http://olalaparty.wordpress.com
Princess Boudoir : http://www.princessboudoir.fr
London Burlesque Festival : http://londonburlesquefest.com
Garter & Garter : http://www.garterandgarter.com

Crédit photos : Rachel Saddedine, Ewa Cieszkowska, Minnie Valentine

Be Sociable, Share!