Home / Art / Modistes, formiers, en avant Chazelles-sur-Lyon !
La Chapellerie Atelier-Musée niveau bas

Modistes, formiers, en avant Chazelles-sur-Lyon !

Ayant récemment rencontré Didier Laforest sur les réseaux sociaux, et m’apprêtant à partir quelques jours en formation avec la modiste canadienne Lucie Grégoire, je me devais de vous annoncer cette nouvelle : dès avril 2013, Didier Laforest inaugurera son atelier de formier au cœur de la Chapellerie à Chazelles-sur-Lyon. Et on ne peut que se féliciter de cette démarche, car oui, Mesdames et Messieurs, l’artisanat français a encore de beaux jours devant lui. Et sans formier, pas de chapeaux, n’est-ce pas ?

didier-laforest-formier2

Une chapellerie, véritable projet de territoire

La communauté de communes de Forez en Lyonnais (entre les agglomérations de St Étienne et Lyon) a réhabilité une ancienne usine chapelière (Fléchet), à Chazelles-sur-Lyon, principale cité de production du chapeau de feutre de luxe en France au début du XXe siècle (28 usines et 2 500 ouvriers en 1930). Les maisons Fléchet, France, et Morreton ont fait sa renommée internationale. L’évolution de la mode après-guerre porte un coup fatal à cette industrie, dont le dernier représentant à Chazelles et en France, a fermé ses portes en 1997. La création par la conservatrice Eliane Bolomier et Laurent Girousse en 1983 du Musée du Chapeau, devenu depuis Atelier-Musée, suit l’époque du déclin de cette industrie locale multiséculaire. La création de la Chapellerie Atelier-Musée du Chapeau a ainsi pour vocation de sauvegarder ces savoir-faire et de conserver la mémoire de ce passé riche et unique. L’institution est labellisée « Musée de France ».

jacques-fath-1951Création Jacques Fath, Paris 1951 © Association Willy Maywald

Un nouveau pôle mode, chapeau et métiers d’art (pépinière d’ateliers) baptisé la Chapellerie verra ainsi le jour. L’inauguration de ce beau lieu est prévue les 6 et 7 avril 2013.
La Chapellerie, véritable projet de territoire accueillera donc l’Atelier Musée du Chapeau avec l’ensemble de ses activités redéployées (notamment un centre de formation pour modistes accueillant de nombreux stagiaires venant de France et d’Europe), un show-room, un centre de conférence, un restaurant et une pépinière d’entreprises dédiée aux métiers d’arts.Ce sera un véritable espace de découverte qui servira d’écrin aux créations emblématiques et raffinées des grandes maisons du luxe français (Nina Ricci, Saint-Laurent Paris, Hermès, Jean-Paul Gaultier, Dior, Givenchy, Lanvin…) mais aussi des entreprises qui ont fait la renommée de Chazelles-sur-Lyon, capitale internationale du chapeau de feutre de poil. C’est donc au cœur de la Chapellerie que sera implanté le nouvel atelier de formier de Didier Laforest, Hats Blocks : Laforest des formes.

La Chapellerie bâtiment des expositions temporaire 2La Chapellerie bâtiment des expositions temporaires © Xavier Courraud

La Chapellerie, La Pépinière, bâtiment des créateurs (cour) © Xavier CourraudLa Chapellerie, La Pépinière, bâtiment des créateurs (cour) © Xavier Courraud

Formier, un métier rare identifié à L’Unesco

Le métier de formier est identifié à « L’inventaire des Métiers d’art Rares » (Unesco). Il fait de surcroît partie intégrante du secteur de la mode en lui apportant le savoir-faire qui contribue au rayonnement de la France à l’international (Institut National des Métiers d’Art). Sans formier, modistes et chapeliers seraient peut-être bien en peine. C’est cet artisan qui sculpte selon la demande des modistes ou des chapeliers des blocs de bois (tilleul) en différentes formes, pour réaliser des formes à chapeaux aussi inattendus, inventifs, imaginatifs qui soient. La forme, en tant que volume dans l’espace est un élément déterminant du chapeau, voire l’élément premier. Dans la grande majorité des cas, le volume imprimé à la matière du chapeau est déterminé par les dimensions de la forme. C’est un outil indispensable au métier de modiste aussi incontournable que peut l’être le mannequin pour la couturière. Formes sur lesquelles pailles, feutres et autres matières prennent vie, pour devenir ces chapeaux qui nous font rêver. Autant dire qu’entre le formiers, les modistes et chapeliers existe un lien étroit, surtout lorsqu’il s’agit de créations originales.

pelotageLe pelotage © Atelier-Musée du chapeau

« Malgré la présence de nombreux(ses) modistes et stylistes, le métier de formier, (véritable métier de niche avec ses problématiques et difficultés) est en train de disparaître en France, ce qui est une perte très dommageable pour tous les professionnels. Il est vrai que si demain il n’y a plus de formier, les produits proposés risquent de n’être que des produits standards qui se ressembleront tous; il sera effectivement très difficile d’être concurrentiel… » explique Didier Laforest.
« Dans le cadre d’une formation en immersion dans les ateliers, formation que j’ai mise en place avec l’atelier musée du chapeau, j’ai passé près d’un an tel un apprenti qui allait glaner des savoirs d’un atelier à l’autre avec dans des caisses mes travaux en cours. Les savoir-faire se transmettent souvent ainsi de main à main, d’atelier en atelier avec patience … Je me suis placé sous l’aile d’un des plus expérimentés et fameux formiers français Tino Ré* qui était mon référent avec lequel une connivence et une complicité sont nées. J’ai passé un peu de temps à ses cotés à observer et apprendre les tours de mains et petits secrets d’atelier. Plus que le simple apprentissage d’un métier, les mains doivent être au service de la pensée, de la créativité. Ceci implique de passer des heures à l’établi avec l’outil en main… Gestes ronds, ponçage et finition, copeaux qui sentaient le miel, outils aux noms étranges, tout m’intéressait ! J’écoutais la chanson du fer et du bois, ce long et doux crissement.
*(Tino Ré est considéré comme une référence par la plupart des modistes. Ce monsieur à durant plus de 40 ans exercé son métier auprès des grandes maisons de stylisme et de couture parisiennes et internationales).

didier-laforest-formierHats Blocks Laforest des formes ©

Hats blocks « Laforest des formes ».

Tel est le nom donné à l’atelier de Didier Laforest. Il confie : « C’est un véritable enjeu, car si le formier a bien sûr besoin des modistes et stylistes, ceux-ci ont également besoin de lui. Point de pièces d’exception aux contours alambiqués et audacieux, assurant la gloire des défilés haute couture, sans le travail dans l’ombre du formier. Les formes sont là pour donner aux chapeaux leurs singulières silhouettes. Lié aux excentricités de la mode, le chapeau, touche finale et déterminante d’une silhouette élégante ou extravagante, vient en point d’orgue « couronner » les collections de
couture. Le métier de formier est beaucoup plus complexe qu’il ne peut sembler au premier abord et nécessite de multiples compétences et connaissances en sculpture, ébénisterie, tournage, dessin, patronage, mise en forme et connaissances des matériaux utilisé par les modistes. Le sculpteur formier travaille d’après les croquis, modèles, prototypes ou photos des modistes, cela lui donne une idée du volume du chapeau. »

Didier Laforest
04 77 79 83 89 ou 06 59 25 23 53
Mail : didier.laforest.sculpteur@gmail.com
http://didier-laforest-sculpteur.com
Atelier HATS BLOCKS « Laforest des Formes »
La Chapellerie Rue Marguerite Gonon 42140 Chazelle-sur-Lyon

«La ligne donne la vie au chapeau.»

Tino Ré, formier

par Néné Chérie pour Folie Vintage
https://www.facebook.com/nenecheriechapeauxretro

Be Sociable, Share!