Home / Années 50 / Le googie, rétro-futuriste
googie

Le googie, rétro-futuriste

El Ray Motel, Reno, NV

El Ray Motel, Reno, NV

La première règle du googie est « pas d’orgie sans organisme ». Douglas Haskell.

 

On dit bien dit Googie, et pas Boogie ! Zoom sur un style bien connu de tous mais dont on ne se lasse pas… Le Googie est un style architectural rétro-futuriste/post-atomique né dans les années 50, également connu sous les noms de populuxe et doo-wop. Futuriste à souhait, ses éléments originaux font mouche, même encore à notre époque lorsqu’on consulte les images d’archives. On doit le terme « Googie » à Douglas Haskell qu’il cite pour la première fois en 1952 dans le magazine « House and Home ». Selon Alan Hess dans son livre « Googie: Fifties Coffee Shop Architecture », le nom de « Googie » viendrait du design particulier d’un café dessiné en 1949 par l’architecte John Lautner et qui portait le nom de « Googie’s ». Ce batiment était situé à Los Angeles (Californie, USA) à l’intersection de Sunset Boulevard et de Crescent Heights puis il fut démoli dans les années 1980.

Alan Hess : Googie

Alan Hess : Googie

On retrouve beaucoup de googie à Miami, à Las Vegas et plus généralement dans le sud de la Californie, là où le style est né avant de s’étendre dans toute l’Amérique. Les Tomorrowland des différents parcs Disneyland s’en sont également inspirés, de même que les restaurants, les bowlings, les stations essences… Le premier Tomorrowland (le pays de demain) de Disneyland ouvrit en 1955 avec seulement des substituts des attractions planifiées en raison du très court calendrier pour la construction du parc (de juillet 1954 à juillet 1955). Durant les quatre premières années, Tomorrowland était un espace ouvert avec un esprit très industriel, beaucoup d’expositions et quelques attractions depuis disparues, le tout dans une atmosphère blanche épurée et argentée. L’un des éléments principaux du land était le TWA Moonliner, la plus haute structure du parc en son temps et une réplique de fusée spatiale inspirée du décor de la section « Man in Space » de l’émission télévisée Disneyland diffusée dans les années 50.

TWA Moonliner

TWA Moonliner


Ouverture de Tomorrowland – 1955

 

Ce look futuriste a influencé les commerces qui ont tenté de se démarquer par la forme, la taille ou la quantité de néon, le tout étant d’attirer la clientèle. Inspiré de la science-fiction et de la culture de l’automobile de l’après-guerre, le googie illustrait la vision de l’avenir. Les principales caractéristiques du googie sont les formes abstraites, une combinaison d’éléments structurants variés, des matériaux « modernes » comme le plastique, le verre, l’acier, le béton, et toujours l’idée de défier l’apesanteur et donner l’impression que le bâtiment est sur le point de décoller ! Eh oui, jusqu’au 21 juillet 1969 avec Neil Amstrong, on rêvait de marcher sur la lune… De nos jours, il agrémente la plupart des enseignes et chartes graphiques des nostalgiques…

 

Panneau à l'entrée de Las Vegas créé en 1959

Panneau à l’entrée de Las Vegas créé en 1959

Le Space Needle de Seattle (Washington, États-Unis), exemple typique d’architecture googie.

Le Space Needle de Seattle (Washington, États-Unis), exemple typique d’architecture googie.

Station googie

Station googie

Galerie Photos

Be Sociable, Share!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*