Home / Années 40 / Week-end au Havre – 1ère partie

Week-end au Havre – 1ère partie

IMG_8340

Folie Vintage a eu envie de poser ses valises dans la cité portuaire le temps d’un week-end afin de la voir sous un œil « vintage », en immersion totale avec la fin des années 40, le début des années 50. Nous allons donc vous emmener avec nous dans la balade et essayer de changer peut-être un peu votre regard sur une ville dont l’architecture a souvent été décriée. Mais il semblerait que depuis que la ville a été classée au Patrimoine Mondial de l’Humanité par l’UNESCO il y a tout juste 10 ans cela en a été pour beaucoup dans l’acceptation de cette architecture ou tout du moins le regard est moins sévère.

Nous allons vous proposer plusieurs épisodes à ce week-end : nous commencerons par vous parler de la ville et de ses bâtiments, ensuite nous parlerons de l’appartement témoin Perret et enfin de la nuit que nous avons passé à l’Oscar Hôtel. C’est parti !

Une petite explication historique s’impose tout d’abord.

Début septembre 1944. Le Havre subit ses plus lourds bombardements, c’est là que le cœur de ville est totalement détruit laissant dans la détresse de nombreuses personnes qui ont tout perdu. Comme beaucoup de villes en France, le but est de reconstruire rapidement et à moindre coût, le côté esthétique n’étant pas toujours la priorité. L’architecte Auguste Perret se voit confier par le Ministère de la Reconstruction le redressement du centre ville : c’est une première que de confier une aussi grande superficie à rebâtir à un architecte. 150 hectares ! Plus de 10 000 logements dont un îlot central de 350 logements appelés ISAI : immeubles sans affectation individuelle dont le maire posera la première pierre fin mars 1946 (les travaux ne commenceront qu’un an plus tard). Nous y reviendrons à la seconde partie avec l’appartement témoin Perret.

Auguste Perret va utiliser un matériau qu’il affectionne : le béton armé. L’idée est de rebâtir du pérenne et qui ne coûte pas cher ! Il n’est pas question de reproduire l’ancien centre-ville à l’identique mais justement de montrer un nouveau visage à une ville qui se relève de ses cendres, symbole d’une France nouvelle en quelque sorte.

Après les ISAI, on peut voir deux bâtiments notoires également dessinés de la main de l’architecte : le point culminant de 107 mètres de l’église Saint Joseph, église très impressionnante, dont les travaux débutèrent en 1951 pour se terminer aux alentours de 1956 (Auguste Perret ne la verra pas achevée). Et l’hôtel de ville qui fut inauguré en 1958. Le beffroi est haut de 90 mètres. Toujours en béton  armé.

SONY DSC

SONY DSC

SONY DSC

Sur le front de mer, il y a une exposition de près de 50 photos sur les chalets jusqu’au 27 septembre sur le thème : « Le Havre, la ville reconstruite ».

IMG_8392

A noter : même si la construction date de la fin des années 70, l’œuvre de l’architecte Oscar Niemayer : le Volcan aussi appelé affectueusement par les Havrais : le « pot de yahourt ».

IMG_8372

Pour tous renseignements : Office de Tourisme du Havre – tél : 02.32.74.04.04 ou site Internet : www.lehavretourisme.com

La librairie La Galerne dans le centre ville est une mine d’or (livres sur l’histoire et l’architecture de la ville, sur les grands noms de l’architecture moderne…) – site Internet : www.lagalerne.com

Un grand merci au service presse de l’Office de Tourisme du Havre pour les documents qui ont permis l’élaboration de cet article et des suivants.

Photos : Hélène Masselin-Dmytriak

Hélène Masselin-Dmytriak pour Folie Vintage

Be Sociable, Share!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*