Home / Années 40 / Interview : Comme en 40…
virgesarmes (11)4fd116ebed512

Interview : Comme en 40…

Un jour sur Facebook, je tombe sur des photos de personnes dans des mises en scène d’époque. Je clique, je re-clique… Le charme opère et je m’empresse de demander une interview à Raoul Gogly, fondateur de l’association Virges Armes. Me voici donc connectée à 21h30 sur Facebook (distance oblige) le jeudi 7 juin 2012, lorsque Raoul fait son apparition…

F.V : Bonsoir Raoul, merci d’avoir répondu à ma demande d’interview pour Folie vintage, le nouveau webzine pour les passionnés de rétro&vintage.
Tout d’abord, pouvez-vous vous présenter ainsi que votre association ?

R.G : Je m’appelle Raoul Gogly et je suis fondateur de l’association Virges Armes.
Virges Armes est une compagnie de Reconstitution Historique et d’Histoire Vivante spécialisée sur les thèmes de la vie quotidienne, des savoir-faire domestiques et de l’artisanat rural… L’association a été créée en 1989 et nous nous sommes spécialisés dans la reconstitution médiévale. Depuis cinq ans, nous travaillons sur d’autres périodes de l’histoire. Après une « excursion » sur la période gallo-romaine, nous explorons l’époque contemporaine de 1900 à la seconde guerre mondiale.

F.V : J’avoue avoir été particulièrement séduite par votre projet Comme en 40, pouvez-vous présenter cette animation ? Avez-vous une attirance particulière pour cette période ?

R.G : Personnellement, j’ai toujours été passionné et quelque peu nostalgique des années 1940-1950 et je suis dans le mouvement « rétro » depuis 1976 (je suis né en 1960 !) … J’ai aussi été collectionneur de militaria dans ma jeunesse. Après une période de latence d’une quinzaine d’année dans cette passion rétro j’ai renoué avec celle-ci en y liant mon activité professionnelle (je suis salarié de l’association Virges Armes depuis 1997 en qualité de directeur artistique et comédien).
Je dois dire qu’actuellement c’est surtout la période 1936-1944 (jusqu’à la veille de la libération) qui me passionne.
L’animation « Comme en 40 » présentée par Virges Armes explore cette facette de l’histoire moderne en posant l’accent sur les modes de vie des hommes qui ont traversé cette période.

Prenant à contre pied l’incontournable reconstitution militaire pour évoquer les grands faits de l’histoire de France, Virges Armes préfère s’attacher à la vie des populations civiles qui ont eu à subir ces évènements marquants !
Partant de cette démarche, nous avons élaboré « Comme en 40 » afin de retracer de façon pédagogique et anecdotique la vie quotidienne des Français sous l’occupation allemande lors du conflit mondial 39-45.

Cette reconstitution, mise en scène par des acteurs de l’histoire en costume d’époque, réunit décor, mobilier et plusieurs dizaines d’objets et documents d’époque ou reconstitués mis en situation sous la forme d’une exposition vivante.

En s’appuyant sur de nombreux témoignages, dans un décor de cuisine ou d’épicerie, la compagnie Virges Armes tourne les pages de l’album de cette période difficile. Racontant tour à tour anecdotes de la vie civile et évènements militaires, nous invitons le spectateur à rencontrer le quotidien de cette époque en mettant en scène les préoccupations quotidiennes liées au ravitaillement et aux restrictions ainsi que les multiples astuces et subtilités dont ont fait preuves les Français sous l’occupation allemande : les restrictions, le système D, le marché noir, les chaussures à semelles de bois, la mode, la chanson, le cinéma…

V.B : Le vintage est à la mode, qu’en pensez-vous ?

R.G : Dans les années 1980, on disait « mode rétro ». Cette mode du passé serait donc récurrente, du moins depuis ces années 80… Dans les années 1975-1976, la mode rétro est née dans la rue avec le mouvement « rockers »… Celle-ci a évolué en mode sixties et fifties, puis forties. Au début une mode née d’une poignée de jeunes excentriques… puis la société de consommation en a fait un concept « fashion »… et commercial, donc. Alors aujourd’hui que le vintage soit à la mode, je dois dire que je n’ai pas d’opinion sur les tenants et aboutissants de cette question. Autrefois la mode était une affaire de riches excentriques… Depuis les années 50-60, elle s’est démocratisée et on peut dire, je pense, que la mode naît souvent dans la rue… et ne (re)devient mode que lorsqu’une certaine élite s’en empare… Il y a des gens qui suivent la mode… et d’autres qui la font. Maintenant la mode vintage s’enrichit des décennies qui ont suivi les années 50-60… Les années 80 et 90 sont désormais « vintage »…

F.V : Où dénichez-vous les articles et costumes qui enrichissent vos mises en scène ?

R.G : A part les pièces qui servent à illustrer nos expositions (chaussures à semelles de bois, chapeaux, accessoires et quelques pièces de vêtements dénichés dans les brocantes et aussi dans des boutiques spécialisées « vintage »), tous les vêtements que nous portons sont refaits par nos soins d’après des vêtements originaux et des patrons d’époques… Les vêtements que nous portons sur les photos sont tous des reproductions que nous réalisons (sauf les chaussures – soit d’époque ou soit modernes quand la forme correspond à celle des modèles d’origine…). Pour les objets et le mobilier, tout cela provient de récupération d’achat en brocante… le tout restauré, remis en état. Nous réalisons aussi quelques fac-simile pour tout ce qui concerne les documents, affiches, articles d’épicerie…

V.B : Des doigts de fées ! Virges Armes, comment çà fonctionne au quotidien et durant les déplacements ?

R.G : Nos activités d’animation ont surtout lieu l’été… Le reste de l’année nous réalisons les costumes, les décors, les accessoires… On travaille sur les projets futurs, on monte des dossiers pour obtenir des financements… Comme une compagnie de spectacle… Comme je l’ai évoqué précédemment, cette activité est mon métier. Notre association est semi-professionnelle et nous fonctionnons comme une compagnie de théâtre professionnelle… Nous avons des charges, des impôts, des taxes et des salaires à verser… Une grand part des activités est assurée par des professionnels du spectacle, une plus petite par les bénévoles de l’association.

F.V : Merci d’avoir répondu à mes questions, Raoul. Bravo pour ces belles initiatives ! Nous ne manquerons pas de suivre l’actualité de l’association Virges Armes. Un petit mot pour les lecteurs et lectrices de Folie Vintage ?

R.G : Tout le plaisir était pour moi… En espérant pouvoir vous rencontrer à l’occasion pour parler plus longuement de cette passion « rétro »… Je vous remercie de l’intérêt que vous portez à notre travail… Pour les lecteurs et les lectrices de Folie Vintage, et bien je vous informe que nous allons bientôt proposer une ligne de reproductions de vêtements « vintage » 1935 à 1955, homme et femme disponibles prochainement via notre site Internet : http://commeen40.virgesarmes.com

F.V : Merci Raoul ! Une petite devise ? Vous semblez être une sacrée personnalité fort cultivée !

R.G : Je citerais une phrase inspirée de Michel Audiard :
Y’a pas à dire dans la vie, il faut toujours se fier aux apparences. Quand un homme a un bec de canard, des ailes de canard et des pattes de canard, c’est un canard !
C’est vrai aussi pour les imbéciles.

Virges Armes :
Page Facebook Comme en 40 : https://www.facebook.com/pages/Comme-en-40/175678875851028
Site web : http://commeen40.virgesarmes.com
Téléphone : 03 23 83 73 69
Adresse électronique : Virges-armes@wanadoo.fr

A propos
« Comme en 40 » peut s’adapter à toute demande particulière, dans une salle ou sous chapiteau, pour tout public, à l’occasion d’une commémoration, par volonté pédagogique ou simplement pour traverser, le temps d’un refrain ou d’un souvenir, le cadre de cet album encore présent dans nos mémoires.
Informations générales
Compagnie VIRGES ARMES
O2400 CHÂTEAU-THIERRY

Be Sociable, Share!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*