Home / Années 20- / L’homme aux lumières d’or
421864_343828288982179_1428108596_n

L’homme aux lumières d’or

Depuis l’Europe jusqu’aux États-Unis, Franck T. Pinero, photographe et opérateur manuel sur papier argentique doit sa renommée internationale  pour la qualité de ses portraits Noir&Blanc de tout type, inspirés depuis les clichés datant des années 1870 avec ses portraits de chefs indiens jusqu’à la fin des années 1940 au travers de sa vision très conceptuelle de l’art Vintage. C’est à l’âge de 18 ans que ce chimiste et expérimentateur du filament reflété dans ses miroirs, se fait appeler par les couturiers des années 80 dont les plus grands sont Loris Azzaro, C.Chocouh, Courège, Max Chaoul…
Puis viennent les nouveaux créateurs de la fin des années 1990 qui réclament tout autant sa signature, dont la célèbre Directrice Hongroise de l’école  » Modart  művészeti és divatiskola  »  Szilvia Horvat, le neveux de Sarah Bernard Mr Jean Terestri, l’écrivain Brian Bouillon [ Joséphine ] Baker, mais aussi la Comtesse roumaine Margareta Moldouveanou tout comme bon nombres de notables internationaux, l’appelant de toutes parts pour le faire déplacer avec son studio rétromobile dans leurs propres appartements.
Sa griffe nommée  » L’homme aux Lumières d’or  » s’impose fortement dans un genre proche des éclairage Harcourt et des studios Eclair, au travers des effets que celui-ci met en pratique au service du monde vintage, des grands connaisseurs de la photographie argentique et des soirées parisiennes  pour en faire sa réputation nationale puis internationale dès le début des années 2000.
Par son talent unique et incomparable à aucun photographe pour son caractère inventif et très expérimental, il se fait remarquer aussi bien par son style d’éclairage très particulier que pour l’authenticité d’un  produit artisanalement élaboré qu’il travaille selon les méthodes d’après-guerre entre chimie dangereuse, découpe au massicot et alliages divers…
Parmi les nouvelles productions ou les organisateurs de soirées évènementielles qui s’offrent au prix coûtant L’homme aux Lumières d’Or, l’on dénombre Turky fifiessound, Bart & Baker Dj,  Jean-Jacques N’Séké –  En vogue, et Stéphane Duron de l’agence O.E.P.L.M avec qui il collabora au début des années 2000 en qualité de Créateur fondateur de l‘agence Capture Event, Paris.


Grâce à ses portraits d’hommes célèbres, Franck T. Pinero prend sa place en qualité d’illustrateur pour le Cd Rom de L’U.N.E.S.C.O. Et par son talent surprenant qu’il cultive au travers de l’harmonie et de la beauté, celui-ci figure à l’intérieur de la grande encyclopédie française, « L’art en effervescence au 20ème siècle ».
Ce chapitre de sa carrière artistique le lie très historiquement au centenaire du Salon d’Automne par son nom que l’on lie « à cheval » entre deux grands peintres du siècle dernier… Picasso et  Pissaro. Puis à l’aube de l’année 2012, des magazines et la presse étrangère comme le Canada’s History Magazine font appel à ses talents de portraitiste unique dans le but d’acheter ses travaux à prix d’or.  Il serait difficile de pouvoir dénombrer les multiples expositions qu’effectue Franck T. Pinero / L’homme aux Lumières d’Or, tout au long de trois décennies conduisant le génie des Lumières jusque dans des terres très hostiles au-delà de l’impensable. Mais l’on compte moultes villes nationales comme Paris, Metz, Nancy, Strasbourg, Montauban, Gap, Miramas, Celesta, Epinay, de la Sartre à la Normandie…
Et au loin, dans certaines vallées de l’oubli, les plus grandes Réserves indiennes des États-Unis d’Amérique.
Cependant, tout au long de son chemin de vie en tout temps validé sur la bande négative, pour ce solitaire des villes et des lieux-dits, rien ne change de l’état d’esprit que voue l’homme face à l’être humain qui se place sur sa voie.
Quelle que soit la personne qui le demande, et où qu’il soit, mais surtout quoi qu’il tire comme portrait (homme d’église, leader politique, Chef Amérindien, chanteur célèbre ou non, cireur de chaussure, laboureur du terroir portugais, Mère prieure carmélite ou fervente anonyme, enfant des rues, dignitaire spirituel…); pour cet amoureux de la lumière et des ombres qu’il maîtrise en studio, un portrait reste toujours un portrait, du moment que l’Or de ses Lumières irradie de beauté et de brillance tout visage à photographier.

Franck Pinero prépare actuellement son prochain livre photographique, Archives de Swing, qui fait partie d’une série de deux milles clichés retrouvés au beau milieu de ses mille histoires… Tout commença en 1982 tandis qu’il était un jeune modiste des années 30 et 40, à l’aube de sa majorité…

En savoir plus :
Franck Pinero, L’homme aux Lumières d’Or
https://www.facebook.com/lhommeaux.lumieresdor

Be Sociable, Share!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*